Published: Dim, Décembre 30, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Donald Trump fait une visite surprise aux troupes américaines en Irak

Donald Trump fait une visite surprise aux troupes américaines en Irak

Jamais Donald Trump n'avait rendu visite à ses troupes dans une zone de conflit. Le président américain a atterri à 19h16 locales sur la base aérienne d'Al-Assad, dans la province d'Al-Anbar, où il s'est entretenu avec des soldats et des commandants militaires. Donald Trump aurait néanmoins commis une bévue.

" C'est injuste quand le fardeau est entièrement sur nous, les Etats-Unis", a complété le président américain, qui souhaite voir les pays de la région reprendre la main: " Il va falloir que ces gens-là commencent à assumer beaucoup de tâches et il va falloir aussi qu'ils paient, parce que les Etats-Unis ne peuvent pas continuer à être le gendarme du monde.

La porte-parole de l'exécutif américain a fait savoir dans la soirée que le secrétaire d'État Mike Pompeo devait se rendre à Bagdad le 11 janvier. "La milice Harakat al-Nujaba a estimé que la présence des forces américaines en Irak était " une violation de la souveraineté du pays " et qu'il était désormais " du devoir du gouvernement de les expulser ".

Le milliardaire, qui est parti de Washington mardi en pleine nuit, a précisé que de précédents projets de visites de ce genre aux troupes américaines avaient dû être annulés après que leur existence eut été ébruitée. "Pas pour moi-même. J'avais des inquiétudes pour la Première dame, je peux le dire", a-t-il expliqué aux journalistes qui l'interrogeaient sur les coulisses de cette visite.

Trump en Irak : les Etats-Unis ne peuvent plus être le «gendarme du monde»
En visite auprès des soldats américains en Irak, Donald Trump défend son retrait de Syrie

" J'ai eu de bonnes discussions avec le président Erdogan qui veut éradiquer Daesh".

Cette visite gardée secrète pour des raisons de sécurité, qui intervient en plein "shutdown" aux États-Unis - paralysie partielle des administrations fédérales -, a en effet lieu une semaine après l'annonce par M. Trump du retrait des troupes américaines de Syrie.

Le départ de Jim Mattis a été suivi vendredi par celui de l'émissaire des Etats-Unis pour la coalition internationale antijihadistes, Brett McGurk.

More news: "Pot de maquillage" : Son-Forget (LREM) va recevoir une "lettre d'avertissement"

Like this: