Published: Mer, Décembre 12, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Theresa May tente d'arracher des concessions des Européens — Brexit

Theresa May tente d'arracher des concessions des Européens — Brexit

"Nous partons du principe que le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 29 mars 2019 et nous ne voulons pas spéculer sur d'autres éventualités", a-t-elle déclaré.

Il s'agit d'un arrangement trouvé pour éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, qui consiste à créer un "territoire douanier unique", englobant l'UE et le Royaume-Uni, au sein duquel il n'y aurait aucun quota ni droits de douane pour les biens industriels et agricoles.

"Dans la matinée, Mme May a informé ses principaux ministres par téléphone du contenu de ses échanges avec divers dirigeants européens au cours de la fin de semaine, dont le président du Conseil européen, Donald Tusk, celui de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et la chancelière allemande, Angela Merkel".

Jusqu'ici, les dirigeants européens se sont montrés inflexibles, rejetant l'idée de rouvrir les discussions.

Mme May souhaite discuter des "préoccupations exprimées par le parlement" britannique, a expliqué un porte-parole de Downing Street. Elle a été soutenue par le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, qui a également prévenu que l'accord "ne va pas changer".

Commentant l'annonce du report du vote, le président de la chambre des Communes John Bercow a souligné que l'interruption du débat sur le traité serait perçue comme une manoeuvre "profondément discourtoise", et suggéré au gouvernement de faire voter une motion au Parlement pour qu'il y soit formellement mis fin.

La profonde incertitude qui entoure désormais le processus de divorce a fait plonger la monnaie britannique. Ces incertitudes de dernière minute ont fait baisser la livre à son niveau le plus bas par rapport au dollar depuis juin 2017.

"C'est un coup de plus pour les entreprises qui aspirent à plus de clarté", a réagi Carolyn Fairbairn, directrice générale de la principale organisation patronale, la CBI.

Theresa May reporterait le vote sur le Brexit
Brexit: Theresa May reporte du vote des députés sur l'accord conclu avec l'Union européenne

La cheffe du gouvernement a dit qu'elle allait s'entretenir avec ses homologues européens pour essayer d'obtenir des garanties supplémentaires.

Une réouverture des négociations ne serait pas non plus sans risque pour Londres et pourrait raviver les revendications d'autres pays européens, a prévenu de son côté Michael Gove.

Si le calendrier reste incertain, un vote doit être organisé sur l'accord de retrait avant le 21 janvier. La mise en œuvre d'un nouveau vote prendrait toutefois des mois et repousserait la date du divorce.

Il a une nouvelle fois mis en garde sur les conséquences qu'auraient un rejet du texte et un Brexit sans accord.

Cet accord, fruit de 17 mois d'âpres négociations avec l'Union européenne, a toutes les chances d'être recalé lors de ce vote historique à la chambre des Communes, où il suscite une vive opposition des députés de tous bords.

Un choix risqué pour l'exécutif, puisque les députés pourraient alors décider de rejeter la proposition de différer le vote, infligeant ainsi un camouflet à Theresa May.

Un rejet du texte pourrait exposer Theresa May à son renversement et, in fine, à de nouvelles élections législatives. Ce scénario a été exclu à ce stade par le gouvernement, mais gagne du terrain parmi les Britanniques.

More news: Fair-play financier : le PSG prêt à vendre Neymar ou Mbappé ?

Like this: