Published: Mar, Décembre 11, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Smic, ISF, CSG… ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Smic, ISF, CSG… ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron est sorti de son silence après plus d'une semaine hors des regards durant laquelle il a laissé le Premier ministre Edouard Philippe en première ligne.

Ces rassemblements ont fait "beaucoup plus de dégâts" matériels à Paris que ceux du 1er décembre, a ainsi relevé dimanche Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire de Paris.

Selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud, il s'agira de "mesures concrètes " et "immédiates " pour répondre à la crise.

Emmanuel Macron doit prendre la parole "en tout début de semaine" et, selon lui, "saura retrouver le chemin du coeur des Français".

L'exécutif, désormais très impopulaire et sous la pression de ce mouvement soutenu par une majorité de Français, n'arrive pas jusqu'ici à réduire cette fracture sociale. Le chef de l'État se sent si requinqué à l'issue de cette allocution que la campagne pour les européennes reprend ses droits: alors que le thème ne figure pas en tête de liste des revendications des gilets jaunes, Emmanuel Macron l'introduit. "Vivions-nous mieux? " " Les plus riches partaient et notre pays s'affaiblissait", se répond-il à lui-même, malgré les études prouvant l'inverse". Les réactions étaient également dubitatives du côté des manifestants. "Le temps du dialogue est là" et "il faut désormais retisser l'unité nationale", avait-il dit.

La France a "un peu de marge" budgétaire et les mesures annoncées lundi ne "remettent pas en cause la maîtrise de la dépense publique", a indiqué l'Elysée, sans préciser si la France maintenait son objectif d'un déficit inférieur à 3% de PIB pour 2019.

More news: PSG - Mbappé gagne plus de followers que Ronaldo, Messi ou Neymar

Comment Emmanuel Macron a-t-il répondu à la crise sociale des Gilets jaunes ce lundi 10 décembre, lors de son allocution à 20 heures?

Le recul du gouvernement sur la hausse des taxes sur le carburant, revendication première des "gilets jaunes", n'a pas permis d'apaiser un mouvement particulièrement défiant à l'égard des élites politiques et des partis traditionnels. Tout comme l'avancement de la "désocialisation" (exonération de charges sociales) des heures supplémentaires, prévue en principe pour septembre 2019.

Parmi les mesures susceptibles de ramener le calme immédiatement parmi les manifestants qui revendiquent depuis un mois un peu plus de pouvoir d'achat et permettre ainsi d'isoler les casseurs et voleurs qui vont finir par mettre la capitale à feu et à sang, LexTimes en a dénombré au moins deux. L'IR est toutefois aussi complexe à calculer que la CSG et, de fait, compte tenu des abattement, décote et autres réductions, vous n'avez été redevable de l'impôt que si vous avez déclaré, en 2018, un revenu imposable supérieur à 16 574 €, ce qui correspond à un salaire mensuel brut pour l'année 2017 de 1 796 €, soit environ 1,2 fois le SMIC.

En revanche, il a exclu toute "indulgence" pour les auteurs des nombreuses violences et pillages qui ont émaillé les diverses manifestations des gilets jaunes, dont certaines ont fait le tour du monde, comme les scènes de guérilla sous l'Arc de triomphe. "En restant droit dans ses bottes depuis plusieurs semaines, le gouvernement porte la responsabilité des conséquences pour la paix civile et l'économie du pays", juge André Chassaigne (PCF).

Les inquiétudes montent aussi dans le pays sur l'impact économique des troubles liés aux manifestations qui feront perdre 0,1 point de croissance à la France sur le dernier trimestre de cette année, a avancé lundi le ministre des Finances, Bruno Le Maire.

Like this: