Published: Mer, Décembre 05, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Éditorial en français au Ottawa Citizen en appui aux Franco-Ontariens

Éditorial en français au Ottawa Citizen en appui aux Franco-Ontariens

Accueillie en héroïne par les 600.000 Franco-Ontariens (sur 13 millions d'habitants), elle a rejoint ce week-end des milliers de manifestants aux quatre coins de la province. Leur mobilisation dans une quarantaine de villes a rassemblé plusieurs milliers de personnes et reçu le soutien du Québec et de l'Acadie.

La crise linguistique couve dans l'Ontario: la décision mi-novembre du gouvernement, dirigé par les conservateurs, d'annuler la construction de la première université francophone - officiellement pour des raisons budgétaires - n'est pas sans susciter la colère des populations francophones. Au menu, suppression de nombreux services en français, du Commissariat aux langues officielles chargé de faire respecter les droits des francophones et surtout d'un projet d'université dans la langue de Molière.

" Clairement, ces décisions sont inacceptables", a regretté auprès de l'AFP la ministre fédérale des Langues officielles, Mélanie Joly, venue manifester à Ottawa. En signe de solidarité avec les manifestants, l'Assemblée nationale du Québec a hissé le drapeau blanc et vert des Franco-Ontariens.

Ces Canadiens ne décolèrent pas et appellent à résister.

More news: Ballon d’or : qui sera là ?

Son directeur général, Peter Hominuk, explique que Doug Ford a encore le temps de faire marche arrière quant au projet de loi de son gouvernement pour mettre fin, entre autres, à la réalisation de l'Université de l'Ontario français à Toronto, la métropole canadienne. Son usage et son statut sont inclus dans la Constitution du Canada.

" On s'est battus assez longtemps pour que l'on ait nos droits et maintenant on essaie de nous les enlever ... ça suffit!"

"Dans un éditorial sévère, exceptionnellement en français, le quotidien de la capitale canadienne Ottawa Citizen, juge samedi que " les Franco-Ontariens méritent mieux " et que " la sauvegarde de la langue et de la culture françaises en Ontario ne devrait jamais être remise en question ".

Like this: