Published: Mar, Décembre 04, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

L’exécutif garde des atouts dans sa manche — Gilets jaunes

L’exécutif garde des atouts dans sa manche — Gilets jaunes

Ce mardi, face à la colère des "Gilets Jaunes" qui ne fait que monter, Edouard Philippe a fait un certain nombre d'annonces. Un moratoire, soit c'est un camouflet politique déguisé, soit c'est se moquer des Français et c'est remettre la taxe d'ici six mois.

Le Premier ministre était entouré lors de son intervention par les ministres Muriel Pénicaud, Jean-Michel Blanquer, François de Rugy et Marc Fesneau.

Des syndicats comme la CFDT ou FO, mais aussi des députés LREM, poussent notamment pour une prime transport, sous des formes diverses.

Selon les informations de RTL, le ministre de l'Intérieur et le secrétaire d'État vont être entendus par la Commission des lois aujourd'hui, probablement dans la soirée.

Florian Philippot, fondateur des Patriotes, a pour sa part qualifié les annonces du Premier ministre d'"extrêmement faibles".

Matignon a par ailleurs confirmé l'annulation sans surprise de la réunion avec des "gilets jaunes" prévue mardi après-midi.

De son côté, Benjamin Cauchy, une des figures du mouvement, a salué une "première étape " dans le moratoire. Espérons que la main tendue sera saisie et qu'une délégation de "gilets jaunes" pourra enfin entamer un dialogue nécessaire avec l'exécutif.

"Les Français demandent une annulation", a jugé le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau. Cette fiscalité, conjuguée aux prix à la pompe soutenus par un baril relativement haut, a poussé ces Français désorganisés à se mobiliser via les réseaux sociaux, organisant blocages et manifestations, avec, en points d'orgue, les émeutes qui ont frappé les beaux quartiers de Paris samedi et leur cortège de barricades, incendies, et pillages de casseurs.

More news: Trump veut taxer l’iPhone au même titre que les produits chinois — USA

"Mieux vaut tard que jamais" mais il faut aussi un coup de pouce au Smic, a réagi Ségolène Royal, ancienne ministre socialiste de l'Écologie. Après les annonces d'Édouard Philippe ce mardi pour tenter d'apaiser la crise avec les gilets jaunes, l'Élysée a fait savoir qu'Emmanuel Macron ne s'exprimera pas. Au lendemain de sa rencontre avec les responsables des formations politiques et les présidents des groupes parlementaires, ceux-ci ont rapidement commenté la décision du Premier ministre.

A la suite des violences urbaines qui ont secoué Paris lors de la mobilisation des Gilets jaunes, samedi 1er décembre, il a été indiqué, lundi, queMatignon allait annoncer de nouvelles mesures.

Selon Marine Le Pen, "un moratoire n'est qu'un report".

Ébranlé par les violences et les dégradations qui ont entaché la manifestation des " gilets jaunes " samedi à Paris, le gouvernement est engagé dans une course contre la montre pour trouver une issue à la crise sur fond de nouveaux appels à manifester samedi prochain.

La gestion de l'ordre public reste au centre du débat politique.

Le premier ministre a dévoilé les décisions de l'exécutif devant les députés La République En Marche et Modem ce mardi matin à l'Assemblée nationale.

Au moins 73 suspects (sur 378 interpellés) étaient poursuivis lundi devant le tribunal correctionnel de Paris en vue de leur procès. " Ce que nous avons vécu le week-end dernier, nous ne pouvons pas le revivre".

Vous avez apprécié cet article?

Like this: