Published: Lun, Décembre 03, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Pétrole. Le baril de WTI passe sous la barre des 50 $

Pétrole. Le baril de WTI passe sous la barre des 50 $

Les prix du pétrole rebondissaient jeudi après des informations révélant que la Russie était prête à discuter d'une réduction de la production d'or noir, à une semaine d'une réunion de l'Opep et de ses partenaires.

Des chiffres qui "renforcent les craintes d'une surabondance de l'offre", note Mirabaud Securities, et font chuter le cours du baril de WTI texan pour livraison en janvier à 49,92 dollars vers 13h00 (-0,74%) jeudi (jusqu'à 49,41 dollars vers 08h40), son plus bas niveau depuis début octobre 2017, soit près de 14 mois.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour la même échéance valait 58,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 65 cents vers 10H35 GMT. Vers 08H40 GMT (03:40 en Haïti), la référence américaine du brut est tombée à 49,41 dollars, son plus bas depuis presque quatorze mois.

A une semaine du sommet de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie fait partie, de telles déclarations ne constituent "pas une perspective très encourageante", a souligné Tamas Varga, analyste pour PVM.

More news: Les tensions peuvent-elle vraiment mener à la guerre — Russie-Ukraine

D'un côté, Vladimir Poutine a déclaré mercredi qu'un prix (du Brent) aux alentours de 60 dollars était "tout à fait acceptable".

Les prix demeuraient proches de leurs plus bas en un peu plus d'un an, atteints ces derniers jours et "la tendance principale reste toujours baissière", ont estimé les analystes.

"Je suis sûr qu'avec nos collègues de l'Opep et des pays non-membres de l'Opep, nous trouverons une solution coordonnée et consolidée, qui bénéficiera au marché du pétrole", a-t-il ajouté. De l'autre côté, le ministre saoudien de l'Énergie, Khaled al-Faleh, a clairement dit que son pays ne réduirait pas seul sa production. Il dispose en outre d'un atout diplomatique de poids face à Ryad -qui a un temps envisagé de réduire sa production- grâce au soutien apporté au royaume sur "l'affaire Jamal Khashoggi", du nom du dissident saoudien assassiné.

Mais avant l'Opep, les investisseurs se tourneront plus tard dans la journée vers les données hebdomadaires sur les réserves américaines publiées par l'Agence américaine d'information sur l'Energie. Mardi, les chiffres de la fédération professionnelle API ont fait état d'une hausse des stocks de brut de 3,5 millions de barils, un chiffre "inattendu", selon Commerzbank, alors que les analystes anticipaient moins.

Like this: