Published: Lun, Novembre 19, 2018
Science | By Nathan Jegou

Campagne de dénigrement Facebook empêtré dans une nouvelle polémique

Campagne de dénigrement Facebook empêtré dans une nouvelle polémique

Au passage, le communiqué de Facebook ajoute un second démenti, cette fois contre de nouvelles accusations - bien plus graves - concernant les interférences russes sur les élections américaines de 2016 ou le refus de censurer les propos anti-musulmans de Donald Trump alors que ce dernier était candidat à l'élection.

La George Soros Open Society Foundation n'a pas été convaincue et a publié une lettre ouverte au ton cinglant, dans laquelle elle réclame que Facebook lance une enquête indépendante pour faire toute la lumière sur cette affaire. L'article du New York Times qui traite des relations entre les membres de la direction du réseau social au cours des crises qu'il a subi et de la façon dont il a réussi a réglé ses problèmes, n'arrange décidément pas les choses. Jeudi après-midi Mark Zuckerberg a participé à une conférence téléphonique avec des journalistes, qui devait porter sur les efforts du réseau social pour protéger ses 2,27 milliards d'utilisateurs de contenus haineux ou violents.

Dans un long exposé basé sur des dizaines de sources anonymes, le New York Times a retracé mercredi soir les multiples scandales et polémiques qui ont terni l'image du réseau fondé en 2004 par Mark Zuckerberg. D'ailleurs, il explique aussi que ses clients ne sont pas un produit, d'où cette décision. Le "NYT " avance que Facebook a demandé à Definers de mener une campagne de dénigrement visant à discréditer le milliardaire qui avait violemment critiqué le réseau social en début d'année et qui est l'une des bêtes noires des leaders populistes dans le monde. Le premier est régulièrement pris pour cible par la droite qui l'accuse notamment de financer l'immigration massive qui frappe l'Europe.

More news: La PS4 fête ses 5 ans, rappel des chiffres en une infographie

Facebook trop lent à détecter l'ingérence russe?

Le géant de l'internet n'en a pas moins "rompu son contrat" avec cette société de relations publiques, proche du parti républicain.

Like this: