Published: Dim, Novembre 18, 2018
International | By Marie-Louise Baume

L'épave du sous-marin argentin San Juan découverte dans l'Atlantique

L'épave du sous-marin argentin San Juan découverte dans l'Atlantique

Le submersible de l'Argentine " San-Juan " avait disparu il y a un an jour pour jour, le 15 novembre 2017 au fond de l'Atlantique.

Depuis septembre, les recherches étaient menées par Ocean Infinity, une société privée américaine, engagée par le gouvernement argentin pour poursuivre les recherches, la Marine ne disposant pas du matériel nécessaire. Les familles du sous-marin argentin San Juan savent désormais que tout est fini. "A partir de l'analyse de l'état dans lequel se trouve le sous-marin, nous verrons comment nous procédons", a poursuivi le porte-parole. Le relief des fonds marins a compliqué la localisation.

Le San Juan était en plongée dans l'Atlantique, avec 44 membres d'équipage, entre Ushuaïa, dans l'extrême sud de l'Argentine, et son port d'attache, Mar del Plata, à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires. Les familles des victimes, prévenues par les autorités avant l'annonce officielle, ont fondu en larmes.

Yolanda Mendiola est la mère d'un autre membre d'équipage, Leandro Cisneros, 28 ans.

Jeudi, un hommage avait été rendu aux 44 sous-mariniers à la base navale de Mar del Plata, en présence du président argentin Mauricio Macri.

More news: Alassane Plea : " Je savais que le coach regardait mes performances "

C'est un robot sous-marin équipé d'une caméra qui a réussi à capturer des images du sous-marin. Elle a envoyé en mer le Seabed Constructor, un navire équipé d'appareils technologiques de dernier cri et très sophistiqués qui peut filmer jusqu'à 6 000 mètres de fonds marins. La société américaine avait conclu un accord avec l'Etat argentin prévoyant qu'elle toucherait 7,5 millions de dollars si elle localisait le San Juan, dont la disparition a profondément ému l'Argentine.

Le sous-marin TR-1700 à propulsion diesel et électrique de fabrication allemande, acquis en 1985, était un des trois sous-marins de la marine argentine.

Une entrée d'eau par une valve défectueuse du "snorkel", la prise d'air du système de ventilation lors des montées à la surface, qui aurait ensuite déclenché une explosion des batteries, est l'hypothèse privilégiée par les experts.

Un sous-marin comme le San Juan ne pouvait pas descendre en dessous de 300 mètres, pour une question de résistance des matériaux.

L'observation de l'épave "va permettre d'en savoir plus sur cette tragédie. A cette profondeur, on devrait pouvoir l'inspecter et déterminer la cause de l'accident", selon un officier de la Marine argentine qui a requis l'anonymat.

Like this: