Published: Mer, Novembre 07, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Prix de l'essence : Macron envisage la généralisation du chèque carburant

Prix de l'essence : Macron envisage la généralisation du chèque carburant

Des retraités lui ont parlé de la hausse des prix des carburants.

Dans un entretien enregistré, diffusé ce mardi sur Europe 1, le chef de l'État s'est montré ferme sur la hausse de la fiscalité écologique. "Quand on change les choses, on bouscule les habitudes, les gens sont pas forcément contents", a aussi estimé Emmanuel Macron. On doit moins taxer le travail, ce qui est le cas: "vous avez vu vos cotisations qui ont baissé, et vous allez continuer à voir ce mouvement, et on doit davantage taxer ce qui pollue", a expliqué M. Macron.

"Pour ceux qui prennent la voiture tous les jours pour aller travailler, je souhaite qu'on puisse généraliser le chèque transports qui existe dans les Hauts-de-France", a déclaré Emanuel Macron.

"On ne peut pas laisser des gens, alors que l'hiver commence, dans une situation où leur pouvoir d'achat ne leur permet pas de se chauffer", a poursuivi Emmanuel Macron.

More news: Les joueurs assisteront aux funérailles de Vichai Srivaddhanaprabha en Thaïlande — Leicester

Le chef de l'Etat a rappelé la prime à la conversion en faveur de véhicules propres, "mais les gens qui sont obligés de se déplacer pour aller travailler ou qui peuvent pas changer de chaudière car parfois ils sont pas raccordés au gaz (.) ceux là on va trouver un mécanisme pour les accompagner tant que les prix sont si hauts (.) car ils sont un peu otages", a-t-il reconnu. Il a notamment annoncé que les montants alloués dans le cadre de l'aide au transport aux particuliers (ATP) seraient défiscalisés. "La philosophie, c'est l'indemnité kilométrique", conclut-il. C'est pour cette raison qu'il a annoncé son souhait de voir le gouvernement et le parlement s'entendre sur une refonte du chèque énergie. Le dispositif a été reconduit cette année dans la région, avec un budget global de 3,4 millions d'euros. "Le premier, c'est que c'est très technocratique comme système, parce que vous recevez un chèque, mais c'est un chèque que vous ne pouvez pas encaisser, c'est un chèque que vous devez déduire de votre tarification", a-t-il rappelé. Il y a des milliers et des milliers de Français qui sont en colère.

Le président de la République confirme les grandes lignes tracées par son ministre de l'Éducation. "Il faut aider nos citoyens les plus modestes qui n'ont pas le choix", a-t-il souligné dans cette interview enregistrée lundi.

Le plan d'action contre les violences à l'école doit être présenté d'ici le 15 décembre, les mesures impliquant plusieurs ministères (Education, Justice, Intérieur) et les collectivités locales nécessitant quelques semaines de concertations.

Like this: