Published: Dim, Novembre 04, 2018
Sport | By Catherine Charbonnier

Arbitrage : les bonnes feuilles du livre de Tony Chapron

Arbitrage : les bonnes feuilles du livre de Tony Chapron

"L'impression qu'il parlait à un larbin " Tony Chapron a poursuivi pour L'Equipe: "J'ai vraiment eu l'impression qu'il parlait à un larbin".

Déjà peu apprécié par une frange du football français, Tony Chapron va sans doute se faire encore plus d'ennemis après la sortie de son livre "Enfin libre!". L'ancien arbitre en veut pour preuve le fameux épisode survenu après le PSG-Lorient de mars 2015, lorsqu'il avait refusé de donner le ballon du match à Zlatan Ibrahimovic malgré son triplé, en se plaignant du manque de politesse du Suédois. Pour Dijon, c'est au mieux toute la Bourgogne qui le saura " a expliqué Tony Chapron. Il dit avoir subi différentes formes de pression, au point de faire appel à un psy: "J'ai des enfants qui vont à l'école et pour eux, ça n'a pas été simple, poursuit-il". Tony Chaperon a eu maille à s'acclimater aux us et coutumes d'un autre joueur du PSG, à savoir Marco Verratti, un véritable "casse-pieds". "Mais je n'ai pas pu, il n'y a qu'un club au monde où l'on ne peut pas entrer dans le vestiaire, c'est Paris".

More news: Accrochage mercredi entre deux avions sur le tarmac de Roissy

Les images de son tacle à Diego Carlos lors du match Nantes - PSG, le 14 janvier dernier, ont fait le tour du monde.

Il ne manque pas de comparer les arbitres français, dépourvus de tout charisme, aux arbitres des pays étrangers, qui ne sont pas obligés "d'ânonner". Tony Chapron en fait l'incarnation du fayotage et du système de notation des arbitres français, qui ne s'appuie pas seulement sur les performances sur le terrain, mais aussi sur le comportement plus général auprès des instances. Ils ont appelé ma femme sur son lieu de travail. Il y a souvent, en Corse, une stratégie de communication hallucinante: "ils passent toujours pour des victimes". "J'ai vécu des choses en Corse qui m'ont traumatisé", assure-t-il ce mercredi dans un entretien à L'Equipe. "J'ai été menacé de mort par un président de club (.) J'ai aussi eu des insultes".

Like this: