Published: Mar, Octobre 30, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Et un dérapage de plus pour Donald Trump — Fusillade à Pittsburgh

Et un dérapage de plus pour Donald Trump — Fusillade à Pittsburgh

Adepte de Gab, réseau social connu pour être un refuge pour de nombreux internautes de la droite dure, Robert Bowers y avait posté peu avant d'ouvrir le feu dans la synagogue un message ciblant l'organisation juive HIAS de défense des réfugiés. Selon plusieurs médias, l'homme aurait crié pendant la tuerie: "Tous les juifs doivent mourir".

On déplore également six blessés dont quatre policiers. Aucun enfant n'a été tué. "Mais " cela ne va pas affecter notre mission d'un iota", s'est empressé d'ajouter son directeur, Mark Hatfield, interrogé par l'agence juive JTA".

Il ne doit y avoir aucune tolérance pour l'antisémitisme aux Etats-Unis, ni pour aucune forme de haine et d'agression liée à la religion ou à la race.

Le président Donald Trump, qui a ordonné la mise en berne des drapeaux jusqu'au 31 octobre, a appelé à se "tenir aux côtés de nos frères et soeurs juifs pour vaincre l'antisémitisme et les forces de la haine", devant ses partisans réunis lors d'un meeting dans l'Illinois. Ils étaient tous résidents de Pittsburgh ou de ses environs.

Le secrétaire américain à la Justice Jeff Sessions, dont l'approbation est nécessaire pour réclamer cette peine, a convenu dimanche que les accusations portées contre Bowers " pourraient mener à la peine de mort ".

Inculpé de 29 chefs d'accusation, dont 11 chefs d'utilisation d'une arme à feu pour commettre un meurtre, Bowers risque la peine de mort après avoir commis la plus grave attaque antisémite de l'histoire récente des Etats-Unis.

Dans la semaine précédente, le pays a été angoissé par l'envoi de colis potentiellement explosifs à des personnalités démocrates, tandis que Donald Trump est régulièrement accusé par ses détracteurs de souffler sur les braises en employant une rhétorique de division.

More news: Fortnite 'Save the World' sera gratuit, mais l'année prochaine

Tout a commencé peu après 10h00 locales (16h00 HB) quand la police locale a appelé les habitants du quartier à rester chez eux, évoquant un "tireur" à proximité de la synagogue.

La police a dû lutter et échanger des tirs pour l'appréhender et le placer en garde à vue.

Les autorités ont indiqué penser que le résident de cette ville de Pennsylvanie était équipé d'un fusil d'assaut et d'au moins trois pistolets lorsqu'il a ouvert le feu sur les fidèles en ce samedi matin, jour de chabbat. Blessé, il a été hospitalisé. "Prions pour les morts" Nous "surveillons les informations sur une fusillade dans la synagogue +Tree of Life+ à Pittsburgh". Mais qui se trouve derrière cet incroyable acte de haine?

Citant des voisins et des proches, la presse américaine décrit Bowers comme un homme solitaire, voire reclus, dont le fanatisme n'était pas apparent. "C'est un exemple où, s'il y avait eu un garde armé à l'intérieur, ils auraient peut-être pu être en mesure de l'arrêter immédiatement", a-t-il expliqué.

"Ce soir, absolument, je vais changer de ton", a-t-il promis.

"L'antisémitisme et la persécution des juifs représentent l'un des traits les plus sombres et les plus ignobles de l'histoire humaine ", a déclaré M. Trump depuis Indianapolis.

Les Etats-Unis ont enregistré en 2017 une hausse des attaques à caractère antisémite avec quelque 1.986 incidents (harcèlement, vandalisme, agressions) sur l'année, en hausse de 57 % par rapport à 2016, selon l'Anti-Defamation League. Berlin, Ottawa, Paris et l'ONU ont aussi condamné l'attentat.

Like this: