Published: Sam, Octobre 27, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Google a licencié 48 employés pour harcèlement sexuel en deux ans

Google a licencié 48 employés pour harcèlement sexuel en deux ans

Le directeur général du groupe américain Sundar Pichai a indiqué, sans donner de noms, que le groupe avait renvoyé 48 salariés, dont 13 hauts responsables, pour harcèlement sexuel au cours des deux dernières années, dans un document interne adressé aux salariés et transmis à l'AFP.

Pichai assure qu'aucun de ces salariés n'a reçu d'indemnités de départ, alors que le New York Times affirme dans une enquête jeudi que le géant de l'internet a étouffé plusieurs cas de harcèlement concernant de hauts responsables dont Andy Rubin, créateur du système d'exploitation mobile Android.

Selon le New York Times, au moment du départ de Sundar Rubin, Google a sciemment caché le fait qu'une employée, qui entretenait une liaison avec lui, "l'avait accusé de comportement sexuel inapproprié", à savoir une relation sexuelle imposée en 2013, un épisode qui avait mis fin à leur relation et que la victime présumée aurait dénoncé en interne l'année suivante. Accusations ayant pourtant été jugées crédibles lors d'une enquête interne réalisée en 2014.

Andy Rubin aurait ainsi touché 90 millions de dollars sous forme de versements mensuels d'un montant de deux millions, dont le dernier est prévu le mois prochain.

More news: Hong Kong-Zhuhai-Macao: le plus long pont maritime au monde

Google faisait face jeudi à une controverse autour de cas de harcèlement sexuel que, selon la presse, le groupe aurait couverts à coups de millions de dollars, nouvelle polémique pour le géant, qui a par ailleurs publié des résultats financiers jugés décevants.

La publication de l'article a contraint Sundar Pichai, le PDG de Google, a envoyé une lettre à tous ses salariés pour clarifier les choses.

"Lors des années récentes, nous avons effectué beaucoup de changements, y compris adopté une ligne dure sur des comportements inappropriés de personnes en position d'autorité", avance le dirigeant, assurant que Google enquêtera sur toute plainte d'un salarié et prendra des mesures adaptées si besoin.

"Sundar Rubin a quitté Google de son plein gré en 2014 pour fonder Playground, un fonds d'investissement et incubateur (de startups) technologique". Il reconnaît une "liaison consentie" en 2012 mais ajoute que la personne n'était pas directement sous ses ordres. L'entreprise aurait pu alors licencier Andy Rubin sans l'indemniser.

Like this: