Published: Sam, Octobre 27, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Fun Radio explique son sondage — Viol conjugal banalisé

Fun Radio explique son sondage — Viol conjugal banalisé

Beaucoup y ont vu une allusion au viol puisque, d'après ce que laisse entendre la question, Charlotte ne semble pas consentir à la relation sexuelle décrite par son amant. En effet, il s'agit tout simplement d'un viol comme l'a souligné la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa.

Ce serait bien de le dire à vos auditeurs & auditrices! Elle estime que Fun radio décrit ici une situation de "viol" dont la "définition juridique est la pénétration obtenue sous la menace, la contrainte ou la surprise". " Un crime puni de quinze ans de réclusion criminelle".

Devant l'ampleur de la polémique, la station de radio a publié, également sur Twitter, un communiqué où elle justifie la question telle que posée par Lovin' Fun: "Cette question vise justement à ouvrir le débat, notamment auprès des jeunes, et à faire comprendre conscience que tout comportement sexuel sans consentement est inacceptable". Le consentement est nécessaire, même dans une relation amoureuse!

Le tweet a énervé de nombreux utilisateurs de la plateforme, d'autant plus que les résultats penchaient à peine pour le "non", à 51%.

Après environ 24 heures de bad buzz, Fun Radio a fini par réagir sur le réseau social.

More news: Autres: Après Mélenchon, sa conseillère en communication entendue

Jointe par L'Express, la station donne un peu plus de détails sur ce tweet extrêmement décrié: "Il s'agissait d'une opération de prévention réalisée en partenariat avec Onsexprime.fr (un site du gouvernement dédié à la sexualité pour les adolescents), affirme Fun Radio".

À la suite du buzz provoqué par le sondage de Fun Radio, l'émission " Touche pas à mon poste ", connue pour ses nombreuses controverses, s'est saisie de la question.

Delphine Wespiser, elle, est encore allée plus loin: " On ne parle pas de son voisin mais de son petit copain avec qui elle est et qu'elle est censée aimer. (...) Des choses qui se font quand l'une ou l'autre personne dort, c'est tout à fait mignon, c'est sympa (...). "Si elle n'en a pas envie, qu'elle se sépare ". Ce journaliste, pour qui la question de Fun Radio revient à faire "l'apologie du viol conjugal", a ainsi demandé à ce que les animateurs de l'émission soient licenciés. Gilles Verdez a indiqué ne pas être choqué... par la polémique, comme il l'a précisé.

" Employer le mot 'viol' pour ça, c'est une honte pour les gens qui sont violés ", lâche Mathieu Delormeau, l'un des principaux chroniqueurs de l'émission 'Touche pas à mon poste'.

Like this: