Published: Mer, Octobre 24, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Trump "ne fait qu'empirer les choses" — Caravane des migrants

Trump

Des milliers de migrants honduriens espèrent toujours que les autorités mexicaines leur ouvrent la voie pour tenter de rejoindre les États-Unis. Des migrants pour l'essentiel constitués de femmes et d'enfants qui veulent quitter le Honduras, un pays rongé par la violence et la pauvreté.

"Nous sommes fatigués, mais très contents, nous sommes unis et forts", a affirmé Edwin Geovanni Enamorado, un cultivateur hondurien de la caravane, qui dit avoir quitté son pays après avoir été racketté par les gangs criminels des Maras. Ils risquent une expulsion si la police mexicaine parvient à les interpeller. Selon une source locale, les forces de l'ordre auraient dressé des barrières à l'entrée de la localité de Metapa, à 20 km de Ciudad Hidalgo, pour stopper leur progression sur le sol mexicain.

Environ 4000 Honduriens avaient franchi en groupe samedi la frontière entre le Honduras et le Guatemala à Puerto Sula à la suite d'un appel sur les réseaux sociaux.

Après une journée de repos à Huitxla, dans le sud du Mexique, des milliers de migrants honduriens doivent reprendre leur longue marche en direction des États-Unis ce mercredi matin. À côté de lui, son homologue hondurien a déploré "l'utilisation politique du malheur des gens". L'an dernier, la caravane "Via crucis" ("chemin de croix"), qui avait également déclenché les foudres du président américain, avait été organisée par des ONG.

More news: Carrefour : 'accélération' de la croissance du CA trimestriel

Cependant, il faut encore franchir 1830 kilomètres avant d'arriver au poste frontalier le plus près, soit la ville de McAllen, au Texas, et la durée de leur expédition pourrait plus que doubler si les migrants visent plutôt à parvenir jusqu'à la frontière entre Tijuana et San Diego, qui fut la destination d'une autre caravane qui s'est élancée plus tôt cette année.

Dimanche 21 octobre, la frontière avait été partiellement ouverte pour laisser entrer une cinquantaine de migrants, en majorité des femmes et des enfants, conduits ensuite dans un refuge. Et souligné avoir attiré l'attention de l'armée américaine et des gardes-frontières sur ce dossier qui est, d'après lui, une urgence nationale. Les deux dirigeants se sont entretenus par téléphone avec le président mexicain, Enrique Peña Nieto. "Pourquoi? Parce que le Mexique respecte aujourd'hui le leadership des États-Unis", a déclaré M. Trump lors d'un meeting à Elko (Nevada, sud-ouest).

Le Honduras est l'un des pays les plus violents du monde, avec un taux annuel de 43 homicides pour 100.000 habitants.

La "caravane" de migrants centraméricains se dirigeant vers les Etats-Unis comprend plus de 7.000 personnes, a indiqué lundi le porte-parole adjoint de l'ONU, Farhan Aziz Haq, en citant une estimation de l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM).

Like this: