Published: Dim, Octobre 21, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Khashoggi: Londres étudie la "suite à donner" après la confirmation du décès

Khashoggi: Londres étudie la

Jamal Khashoggi, notamment collaborateur du Washington Post, n'a plus donné signe de vie depuis son entrée le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul.

Alors que l'affaire Khashoggi fait la Une des médias internationaux, la politique menée par le prince héritier Mohammed ben Salman en Arabie Saoudite suscite les questionnements.

La publication de ces nouvelles images tirées des caméras de vidéosurveillance survient au moment où la pression monte sur Ryad pour dévoiler le sort du journaliste critique, porté disparu depuis qu'il s'est rendu au consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre.

Les responsables de la Réserve fédérale américaine surveillent l'évolution de l'affaire de la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en prenant en compte la possibilité que des sanctions contre l'Arabie saoudite perturbent les marchés pétroliers, a déclaré vendredi Raphael Bostic, le président de la Fed d'Atlanta. "L'implication des Nations unies est la meilleure garantie contre une volonté de blanchir l'Arabie saoudite ou contre les tentatives d'autres gouvernements de passer sous silence le problème afin de préserver des relations commerciales lucratives avec Riyad", a déclaré Robert Mahoney, le directeur exécutif adjoint du Comité de protection des journalistes. Qui est responsable de sa disparition? "Le corps de Khashoggi a été probablement découpé et mis dans des caisses avant d'être transféré par avion hors du pays", affirme le Washington Post, citant un responsable américain.

"Malgré les spéculations, les dernières annonces prouvent que le roi croit toujours que la ligne de succession actuelle est appropriée", juge Eurasia Group, une société de conseil en risques.

More news: Elections en Côte d'Ivoire: tension autour des résultats du Plateau

La grande proximité des deux personnages limogés avec le prince héritier a été soulignée par un analyste du Baker Institute de l'université de Rice, aux Etats-Unis.

Un faisceau d'éléments tend à prouver effectivement que le prince héritier, Mohammed Ben Salmane (MBS), y est directement mêlé. C'est pourquoi nous disons que la Turquie peut aller directement voir le secrétaire général et ça peut aller très vite.

Le journal Yeni Safak, proche du pouvoir turc, a retranscrit mercredi des extraits d'un enregistrement audio indiquant, selon lui, que M. Khashoggi a été interrogé et torturé. Selon la nouvelle version des Saoudiens présentée par le quotidien new yorkais, ce général aurait reçu l'autorisation d'interroger le journaliste et l'aurait fait exécuter de sa propre initiative.

Elles ont conduit à "une bagarre et une querelle" et une "rixe" qui a entraîné la mort du journaliste. Elle s'est dit prête samedi à un éventuel gel de ses exportations d'armes vers l'Arabie Saoudite, suite à des explications jugées "insuffisantes" de Ryad sur la mort de Khashoggi.

La confirmation de la mort de Khashoggi a été relayée peu avant l'aube par l'agence de presse officielle saoudienne SPA qui a fait état du limogeage de deux hauts responsables saoudiens et de l'arrestation de 18 suspects, tous Saoudiens. Plusieurs pays et ONG ont appelé à une enquête internationale indépendante.

Like this: