Published: Dim, Octobre 21, 2018
International | By Marie-Louise Baume

2.000 migrants de la "caravane" retournent vers le Honduras — Guatemala

2.000 migrants de la

"Si le Mexique n'y arrive pas, je demanderai à l'armée de FERMER NOTRE FRONTIERE SUD", a tweeté le président américain, qui craint de perdre la majorité absolue au Congrès aux élections de mi-mandat, dans trois semaines. Ils ont pénétré au Guatemala et certains ont atteint jeudi la capitale guatémaltèque.

Des milliers de migrants honduriens se trouvaient bloqués par les forces de l'ordre mexicaines vendredi après avoir forcé la frontière entre le Guatemala et le Mexique dans l'espoir de rejoindre les Etats-Unis.

Le président américain Donald Trump avait menacé de fermer la frontière avec le Mexique si les autorités ne bloquaient pas l'avancée de la " caravane ".

Sa détermination est totale: pour lui, il n'y a pas de billet de retour.

Environ 2000 migrants ont quitté samedi San Pedro Sula, au Honduras, après un appel sur les réseaux sociaux.

"Toute personne entrant aux Etats-Unis illégalement sera arrêtée et emprisonnée, avant d'être renvoyée dans son pays", a-t-il ajouté dans un deuxième message. Les fonctionnaires de l'Institut mexicain des migrations sont aussi sur place pour accueillir les migrants et traiter leurs demandes de visas de réfugiés ou de visas humanitaires, les seuls que le gouvernement mexicain s'est dit prêt à accorder.

"Quand nous les avons vu passer, nous avons décidé de partir nous aussi", dit la quadragénaire, qui, dans une région en proie à la sécheresse, tentait jusque-là de survivre en cultivant du maïs et des haricots.

More news: Vers une "carte grise" et marquage obligatoire des vélos ?

Le président hondurien Juan Orlando Hernandez s'est entretenu de la situation, samedi au Guatemala, avec son homologue Jimmy Morales, ainsi qu'avec le président mexicain Enrique Peña Nieto par téléphone.

Sairi Bueso, 24 ans, pousse le landeau de sa fille de deux ans, qui souffre de microcéphalie. Il avait signé un décret sur la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique cinq jours après sa cérémonie d'investiture du 20 janvier 2017.

Nombre d'entre elles fuient la violence et la pauvreté au Guatemala, au Salvador et au Honduras.

Le Honduras est l'un des pays les plus violents du monde, avec un taux annuel de 43 homicides pour 100.000 habitants.

Les autorités mexicaines ont mobilisé des milliers de policiers et de douaniers pour tenter de canaliser la caravane des migrants.

"Les États-Unis ont fermement averti le président du Honduras que si la large caravane de gens qui se dirigent vers les États-Unis n'est pas stoppée et renvoyée au Honduras, plus aucune aide et plus aucun financement ne seront accordés au Honduras avec effet immédiat!"

Mercredi, il a encore haussé le ton, demandant aux parlementaires américains de durcir la législation migratoire après avoir jugé l'actuelle "horrible, faible et dépassée".

Like this: