Published: Ven, Octobre 05, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Alena. Le Canada et les États-Unis ont trouvé un accord

Alena. Le Canada et les États-Unis ont trouvé un accord

José Luis de la Cruz, directeur général de l'Institut pour le développement industriel et la croissance économique, a indiqué que la version renouvelée de l'accord commercial ratifié en 1994, baptisée l'Accord Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), manque de politiques intégrales comme celles que les pays asiatiques ont appliquées afin de stimuler la compétitivité, comme par exemple la promotion de l'innovation technologique.

Selon une clause de l'AEUMC, si l'une des parties veut négocier un accord de libre-échange avec un pays n'ayant pas le statut d'économie de marché, elle doit prévenir les autres parties trois mois avant d'entamer de telles discussions. "Nous verrons ce qui se passera avec le Canada, s'ils se joignent [à l'accord] ils doivent se montrer équitables", lançait Donald Trump, en réitérant ses vives attaques contre les taxes protégeant le secteur laitier canadien.

Cette clause confère à l'administration Trump une forme de veto sur tout accord commercial que le Canada et le Mexique pourraient vouloir conclure avec la Chine, estime un analyste de l'institut American Enterprise, situé à Washington.

Washington et Ottawa se sont également mis d'accord pour que le nouveau traité commercial contienne un chapitre sur l'environnement, une première depuis la création de l'Aléna en 1994, et conserve l'exception culturelle canadienne chère au gouvernement Trudeau.

More news: Mourinho ironise sur le coup de fil de Zidane

Le Canada voudrait aussi avoir la garantie que, s'il signe l'accord, la menace d'imposition de droits de douane à l'industrie automobile canadienne, souvent brandie par le président Trump, serait levée. Le système des règles d'origine étant de vigueur. Pour ce qui est du secteur automobile, le Canada obtient tout au plus un quota de 2,6 millions de véhicules assemblés sur place. Le chef de gouvernement libéral jouait gros un an avant des élections législatives incertaines.

Mexico et Washington veulent signer le nouvel Aléna négocié avec le Mexique avant l'entrée dans ses fonctions du président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, début décembre. Il contient notamment un volet sur l'environnement, maintient "intact" le système d'arbitrage des litiges commerciaux entre les trois pays d'Amérique Nord et les Canadiens y acceptent de reculer sur le lait, l'un des principaux points de litige.

Peter Navarro avait quant à lui rappelé que la date-butoir était fixée à dimanche soir minuit, afin de pouvoir transmettre au Congrès le texte de l'accord. Cela permet de respecter un délai de 60 jours imposé par la loi avant la signature du document à la toute fin novembre par le président Donald Trump, le Premier ministre Justin Trudeau et le président mexicain sortant Enrique Peña Nieto.

Like this: