Published: Dim, Septembre 30, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Une influenceuse irakienne de 22 ans assassinée en pleine rue à Bagdad

Une influenceuse irakienne de 22 ans assassinée en pleine rue à Bagdad

Née en 1996, de père irakien et de mère libanaise, Tara Fares était une véritable star sur les réseaux sociaux et elle influençait beaucoup de filles par sa rébellion contre les traditions vieillottes et les idées obscurantistes.

Elle a été élue Miss Irak en 2014 lors d'un concours de beauté, et l'année suivante, elle est devenue Miss Bagdad lors du concours qui s'est tenu à l'ouest de Bagdad, en 2015. Selon le ministère de l'Intérieur, elle a été atteinte par "trois tirs mortels" jeudi en fin de journée alors qu'elle se trouvait à Camp Sarah, un quartier du centre de la capitale irakienne.

La blogueuse, qui voyageait souvent et se signalait rarement à Bagdad où elle est née, postait régulièrement pour ses 2,7 millions d'abonnés sur Instagram des photos d'elle, blonde, rousse ou brune selon les périodes.

"Son seul crime, c'était d'avoir choisi la vie, au mauvais endroit", s'emportait un internaute sur Twitter.

More news: Rigolade à l'ONU quand Trump fait son autopromo

Tara Fares avait un temps séjourné en Europe après ses succès en tant que Miss.

"Celui qui trouve une excuse à ceux qui tuent une fille uniquement parce qu'elle a décidé de vivre comme la plupart des filles de la planète est complice de son meurtre", a-t-il écrit. "Où va l'Irak?", renchérissait un autre.

La presse irakienne a rappelé qu'il y a un mois, les corps sans vie de deux femmes avaient été retrouvés en Irak. Rafik al-Yaseri, que l'on appelait "la Barbie d'Irak", chirurgien esthétique de profession, a été abattue à son domicile. Un différend familial sans motivation politique qui a toutefois conduit la mission des Nations unies à "condamner tout acte de violence, en particulier contre les femmes, dont le meurtre, les menaces et l'intimidation, comme des actes totalement inacceptables".

Like this: