Published: Dim, Septembre 23, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Volkswagen se retire d'Iran

Volkswagen se retire d'Iran

Washington aurait persuadé le constructeur automobile Volkswagen de cesser la quasi-totalité de ses activités en Iran pour se conformer à l'embargo américain, rapporte l'ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell, cité par Bloomberg.

Le groupe Volkswagen s'est refusé à confirmer son départ d'Iran annoncé par l'ambassadeur américain en Allemagne.

Le constructeur automobile allemand Volkswagen va arrêter pratiquement toute activité en Iran, conformément aux souhaits des États-Unis, a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi à Bloomberg un ambassadeur américain. "C'est pourquoi Volkswagen suit de près l'évolution de l'environnement politique et économique en Iran et dans la région", a encore dit le groupe, signifiant qu'aucun changement n'était intervenu dans cette position depuis des mois. Or, un tel accord "n'existe pas", ont indiqué des sources informées auprès de l'AFP. Cet accord avait permis à des entreprises occidentales de se réimplanter dans le pays. BASF, fort d'un chiffre d'affaires de 64,5 milliards d'euros en 2017, a réalisé environ 80 millions d'euros en Iran, la moitié dans l'automobile, l'énergie et la pétrochimie, des secteurs frappés par les sanctions, a même précisé l'entreprise.

More news: Capcom Vancouver : Le studio officiellement fermé par la maison-mère

En mai dernier, le président américain Donald Trump a retiré les Etats-Unis de l'accord de Vienne de juillet 2015 conclu entre l'Iran et les principales puissances mondiales en vertu duquel des sanctions ont été levées en échange d'un encadrement de l'activité nucléaire de Téhéran.

"Volkswagen nous a affirmé qu'il respecterait les sanctions américaines sur l'Iran", a-t-il déclaré.

Like this: