Published: Sam, Septembre 22, 2018
Divertissement | By Capucine Hennequin

Ses deux concerts au Bataclan annulés — Médine

Ses deux concerts au Bataclan annulés — Médine

Le rappeur, qui demandait la "crucifixion" pour "les laïcards" dans une chanson, voulait se produire dans la salle parisienne où 90 personnes avaient perdu la vie lors des attentats djihadistes du 13 novembre 2015.

Des familles de victimes du 13 novembre, ainsi que des mouvements d'extrême-droite, avaient vivement protesté pour faire interdire la venue du rappeur dans le théâtre de la tragédie du 13 novembre.

Le rappeur havrais a rappelé cette menace dans son communiqué: " Certains groupes d'extrême-droite ont prévu d'organiser des manifestations dont le but est de diviser, n'hésitant pas à manipuler et à raviver la douleur des familles de victimes".

" Nous avons pris la décision, douloureuse, d'annuler les deux dates de concert au Bataclan".

Sur la toile, les tenants de #PasdeMedineauBataclan et des proches de victimes ont également fait part de leur satisfaction.

"Je ne suis pas facho (.) MAIS je refuserai toujours que Médine ou un autre vienne piétiner les corps de ma fille et des autres victimes au Bataclan", a-t-il tweeté début septembre.

More news: Salut nazi : le supporter de l'OL déjà identifié

- Salle de concert ou sanctuaire?

Plusieurs responsables politiques ont réagi à cette annulation. L'avocate fait référence aux paroles du morceau Don't Laïk, daté du 1 janvier 2015, au cœur des polémiques dont Médine a été la cible.

La polémique enflant, il avait contre-attaqué mi-juin. Beaucoup, à droite et à l'extrême droite, s'en sont félicités. "Allons-nous (la) laisser dicter la programmation de nos salles de concerts voire plus généralement limiter notre liberté d'expression?" RTL révèle ainsi que l'avocat de plusieurs d'entre elles, Philippe De Veulle, a demandé au procureur de la République de Paris l'ouverture d'une enquête préliminaire pour les textes des chansons de Médine qui incitent selon lui à la haine, la discrimination et la violence. Une décision prise "dans une volonté d'apaisement", indique les deux parties.

Dans son dernier album Storyteller, Médine a consacré un titre à la salle de spectacle du Bataclan. A sa réouverture, un an après l'attentat, ses patrons avaient clamé leur intention de ne pas faire un "mausolée" de ce lieu.

En revanche, Life for Paris, l'une des principales associations de victimes, avait jugé le Bataclan "complètement libre de sa programmation", se refusant d'instrumentaliser "la mémoire des victimes des attentats à des fins politiciennes, comme c'est le cas dans cette affaire".

Sur une tout autre ligne, l'association "13onze15 Fraternité Vérité", avait de son côté jugé que le Bataclan commettait "une faute" en programmant Médine.

Like this: