Published: Ven, Septembre 14, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Emmanuel Macron dévoile un plan de 8 milliards d'euros — Pauvreté

Emmanuel Macron dévoile un plan de 8 milliards d'euros — Pauvreté

Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi une "loi en 2020" visant à créer "un revenu universel d'activité" qui fusionnerait plusieurs prestations sociales pour "garantir un seuil minimal de dignité" à tous, lors de la présentation du plan pauvreté.

Le président de la République souhaite " créer d'ici 2020 un revenu universel d'activité ", qui doit regrouper différentes aides dont le RSA. Le chef de l'État s'est contenté de réclamer que la mesure ne soit "pas appelée RUA". Il cite Saint-Exupéry. Il y a dans chaque enfant d'une famille pauvre "un Mozart que l'on assassine", dit-il. Il a plaidé pour "un revenu qui permette à chacun de vivre décemment" tout en aidant au "retour à l'emploi", une mesure inspirée d'un rapport sur "la juste prestation" remis la semaine passée au gouvernement par l'économiste Julien Damon et la députée LREM Christine Cloarec.

"Nous allons fusionner le plus grand nombre des prestations sociales pour enfin apporter une réponse unique pour s'assurer que des gens vivent dignement". La prime d'activité, complément de revenu pour les travailleurs modestes, est versée à 2,61 millions de foyers. Le président a précisé qu'en contrepartie "d'un droit à être aidé et accompagné... nous veillerons à ce que les devoirs soient respectés" par les bénéficiaires. "Les personnes percevant ce revenu devront signer un " contrat " et elles ne pourront décliner " plus de deux offres raisonnables d'emploi ".

Emmanuel Macron dévoile ce jeudi un plan très attendu de lutte contre la pauvreté, d'un montant de huit milliards d'euros sur quatre ans, espérant lancer ainsi une nouvelle phase du quinquennat davantage axée sur le social. Afin d'y voir plus clair, focus sur ce qui est prévu par le président Emmanuel Macron deux jours après le verdict alarmant du Secours Populaire. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a martelé que le gouvernement n'avait pas "d'intention cachée". s-Sous-entendu, celle de faire des économies.

More news: Absent du keynote, l'AirPower fait profil bas sur le site d'Apple

Soucieux de combattre l'image de "président des riches" que lui colle l'opposition, Emmanuel Macron avait passé cinq heures lundi dans un centre d'ATD Quart Monde pour échanger avec des personnes touchées par la grande pauvreté, une rencontre qui devrait "nourrir les mots de son discours", ont expliqué ses conseillers. Les mesures sont déjà "entièrement financées", a promis l'Elysée. Pour remédier à cela, Emmanuel Macron souhaite instaurer des petits déjeuners dans les écoles primaires et des tarifs sociaux pour toutes les cantines. Pour ne plus perdre de vue ces jeunes, réduire le chômage précoce et lutter contre les décrochages scolaires, l'exécutif compte mettre en place une obligation de formation de 16 à 18 ans. Ainsi, le dispositif "garantie jeunes", qui prévoit le versement d'une allocation maximale de 484 euros aux jeunes les plus éloignés de l'emploi, sera étendu à 100 000 bénéficiaires supplémentaires par an d'ici à 2022.

L'Etat veut par ailleurs trouver des solutions avec les départements pour prolonger le suivi des enfants de l'Aide sociale à l'enfance. Car outre la précarité alimentaire et les difficultés de logement, ce phénomène a des effets profonds et ça commence dès le plus jeune âge.

Pour faciliter l'accès aux soins des plus vulnérables, l'aide au paiement d'une complémentaire santé (ACS) sera intégrée à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) avec une participation financière inférieure à 1 euro par jour. Chantiers d'insertion, territoires zéro chômeurs, Travail alternatif payé à la journée (Tapaj).

Like this: