Published: Jeu, Septembre 06, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Londres lance un mandat d'arrêt contre deux Russes — Empoisonnement au Novitchok

Londres lance un mandat d'arrêt contre deux Russes — Empoisonnement au Novitchok

La police britannique a lancé ce mercredi deux mandats d'arrêt contre des ressortissants russes.

"Comme nous l'avons constaté après le meurtre d'Alexander Litvinenko, toute demande formelle d'extradition dans cette affaire serait futile", a-t-elle dit, faisant référence à l'assassinat au polonium de l'opposant et ancien agent des services secrets russes Alexandre Litvinenko, en 2006 à Londres, attribué à Moscou par un juge britannique. Elle présente, à partir des images de vidéo-surveillance, une reconstitution des faits et geste des deux suspects entre leur arrivée au Royaume-Uni depuis Moscou le 2 mars, et leur retour en Russie le 4 mars.

L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés en mars à Salisbury.

"Les noms et les photographies qui ont été publiés dans les médias ne nous disent rien", a-t-elle ajouté, citée par l'agence de presse officielle TASS, appelant Londres à "coopérer" avec la Russie dans l'enquête sur l'empoisonnement des Skripal.

La police britannique a annoncé mercredi lancer deux mandats d'arrêt contre deux ressortissants russes dans l'affaire de l'empoisonnement au Novitchok contre l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en Angleterre, identifiés comme étant Alexander Petrov et Ruslan Bochirov. Ils ont séjourné dans un hôtel avant de se rendre le 3 mars à Salisbury pour "un voyage de reconnaissance", suspecte la police.

More news: Trump coupe l'aide aux réfugiés palestiniens — USA

Sur la base des informations fournies par les services de renseignement britanniques, "le gouvernement a conclu que ces deux individus (.) sont des officiers des services de renseignement militaires russes, le GRU", a dit Mme May devant les députés britanniques, peu après que la police eut lancé un mandat d'arrêt contre ces deux hommes.

Entrées en vigueur le 27 août, elles portent notamment sur l'exportation de certains produits technologiques, comme des appareils ou de l'équipement électroniques, ou sur les ventes d'armes à la Russie.

La Russie a promis des mesures de rétorsion.

Charlie Rowley, 45 ans, et sa compagne Dawn Sturgess, 44 ans, avaient été admis à l'hôpital de Salisbury le 30 juin.

Ce mardi, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé les conclusions du Royaume-Uni selon lesquelles l'agent innervant Novitchok a été utilisé dans l'empoisonnement du couple d'Amesbury. Ils avaient manipulé un flacon, qu'ils pensaient être une bouteille de parfum, contenant l'agent innervant hautement toxique. Si Charlie Rowley s'en est sorti, Dawn Sturgess, une mère de trois enfants, est morte le 8 juillet.

Like this: