Published: Jeu, Septembre 06, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Le prélèvement à la source maintenu pour le 1er janvier 2019

Le prélèvement à la source maintenu pour le 1er janvier 2019

"L'impôt sur le revenu sera prélevé à la source au 1er janvier 2019", a confirmé ce 4 septembre sur TF1 le Premier ministre Edouard Philippe, après une semaine d'hésitations de l'exécutif.

Le passage au prélèvement à la source n'empêchera pas de continuer à bénéficier de réductions ou de crédits d'impôts.

Concrètement, le changement est de taille puisque tous les crédits d'impôt seront remboursés à hauteur de 60% dès la mi-janvier (avec un solde en août).

L'idée de la réforme du prélèvement à la source avait été lancée par François Hollande.

Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu aura bien lieu.

Le prélèvement à la source est maintenu.

Ce "big bang fiscal" concerne près de 38 millions de foyers et fait l'objet depuis dix jours d'une vaste campagne de communication sur internet et à la télévision.

More news: Ce dirigeant fait honte au PSG, Hoeness exige sa tête — PSG

C'est donc le scénario d'un maintien de la réforme pour 2019 qui a été conforté ce mardi. Lundi en Mayenne, devant des élus, Emmanuel Macron a affirmé qu'une mise en oeuvre ratée de cette réforme pouvait "brûler un capital politique", estimant que "ceux qui le poussent" à le faire "ne seront pas là" pour le défendre en cas de problème, selon des participants.

Un report de la réforme, inenvisageable voilà encore une semaine, malgré les critiques récurrentes formulées par le patronat et par les syndicats à l'encontre du dispositif, était devenu plausible depuis qu'Emmanuel Macron a laissé transparaître son hésitation, lors d'une conférence de presse.

J'ai besoin d'une série de réponses très précises et d'être sûr de ce que nos concitoyens vivront le jour où on le mettra en place si on le met en place.

Un proche du président de la République a également volé au secours de la réforme.

"Nous redemandons solennellement l'abandon de cette réforme qui n'est pas une bonne réforme pour les Français", a déclaré de son côté le secrétaire général délégué des Républicains, Geoffroy Didier.

"Ces différentes dispositions conduiront à verser une avance de plus de cinq milliards d'euros à plusieurs millions de contribuables dès le 15 janvier", souligne le ministère.

La question était d'autant plus sensible que la réforme semble populaire: selon un sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances, publié mardi soir, 63 % des Français interrogés y sont favorables, même s'ils lui voient de nombreux défauts, pour les entreprises et pour eux-mêmes.

Like this: