Published: Sam, Août 25, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Pas d’accord européen, l’Italie veut réduire ses versements à l’UE — Migrants

Pas d’accord européen, l’Italie veut réduire ses versements à l’UE — Migrants

L'Italie a confirmé vendredi sa volonté d'engager un bras de fer avec l'Union européenne sur la question de la répartition des migrants, dont 150 sont toujours bloqués en Sicile, en menaçant de réduire sa contribution au budget européen.

"L'Union européenne a décidé de tourner le dos à l'Italie encore une fois", a écrit vendredi M. Di Maio, vice-Premier ministre italien, sur sa page Facebook. "Si en Europe, ils font semblant de ne pas comprendre, étant donné que nous payons abondamment, on fera ce qu'il faut pour payer un peu moins", a-t-il déclaré.

Davide Faraone, député du Parti démocrate qui est allé constater leurs conditions de vie, a annoncé vendredi qu'ils avaient entamé une grève de la faim, alors que Luigi Di Maio renouvelait ses menaces. Le gouvernement maltais, qui avait laissé mercredi accoster l'Aquarius avec 141 migrants à bord après un accord pour les répartir dans plusieurs pays européens, a répliqué que les migrants avaient refusé l'aide d'une vedette maltaise parce qu'ils voulaient gagner l'île italienne de Lampedusa. Qu'ils démontrent de le mériter et qu'ils prennent en charge un problème que nous ne pouvons plus affronter seuls.

More news: Le rappeur Booba s’en prend à la justice française dans un tweet

"Les Maltais ont ainsi accompagné le navire vers les eaux (de recherches et secours) italiennes et un bateau des garde-côtes italiens, sans informer le ministère de l'Intérieur, a pris les migrants à bord alors qu'ils se trouvaient encore dans les eaux (de recherches et secours) maltaises", a rapporté le ministre. 27 mineurs ont été autorisés à débarquer, mais pas les 150 adultes qui sont toujours confinés à bord, l'Italie refusant toujours de les accueillir. "Trouver une solution pour les gens à bord est notre principale priorité", avait répondu Alexander Winterstein, porte-parole de la Commission, lors d'un point de presse.

L'Italie, où plus de 650.000 migrants ont débarqué depuis 2014, "ne sera plus le camp de réfugiés de l'Europe", ne cesse d'affirmer Matteo Salvini, vice-président du Conseil et numéro un de la Ligue. "La réunion était organisée par la Commission pour collecter des idées et des contributions sur le travail en cours destiné à mettre en place une approche plus prévisible, plus durable et plus coopérative sur le débarquement et le partage des responsabilités", a indiqué une source à la Commission.

L'institution a invité ce vendredi des représentants de 12 Etats membres pour évoquer la politique migratoire européenne. En 2017, les fonds reçus par l'Italie se montaient à 10 milliards, car les chiffres évoluent chaque année.

Like this: