Published: Mer, Août 15, 2018
International | By Marie-Louise Baume

En Tunisie, le président défend l'égalité homme-femme dans l'héritage

En Tunisie, le président défend l'égalité homme-femme dans l'héritage

Pour l'héritage, Béji Caïd Essebsi a indiqué qu'il passera par l'ARP afin de promulguer une loi.

L'égalité hommes-femmes dans l'héritage "doit devenir une loi", a déclaré le Président de la République lors de son discours.

A l'occasion de la célébration aujourd'hui, 13 août 2018, de la Journée nationale de la Femme dans sa 62ème édition, le président de la République prononce aujourd'hui un discours au palais de Carthage et ce à partir de 11h00 (heure de Tunis).

More news: Monaco : Un départ imminent pour l'Italie

La Tunisie est depuis longtemps l'un des pays musulmans les plus en pointe sur les droits des femmes, qui ont par exemple obtenu l'an dernier le droit d'épouser un non musulman.

"Cela aurait dû être fait dès 1956, dans la foulée". Notre référence est la Constitution et celui qui dit que notre référence est religieuse a tort. "Mais il n'y avait pas à l'époque une Constitution pouvant lui servir de référence et d'appui!", a-t-il affirmé faisant référence à Habib Bourguiba, qui avait renoncé, face aux pressions, à instaurer l'égalité successorale dans le CSP. Pour justifier son choix, le président s'appuie donc sur le texte fondamental qui évoque un état civil et instaure l'égalité entre les citoyens "sans discrimination aucune" (article 21). Il a bien compris que Bourguiba reste dans les mémoires grâce au CSP.

Béji Caïd Essebsi s'est prononcé sur la COLIBE et les causes de sa mise en place.

Like this: