Published: Sam, Août 04, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Sabotages et participation en baisse — Présidentielle au Mali

Sabotages et participation en baisse — Présidentielle au Mali

Les Maliens votent ce dimanche 29 juillet pour un scrutin présidentiel censé relancer l'accord de paix de 2015 dans le pays, dont l'instabilité a gagné plusieurs Etats voisins du Sahel, malgré cinq ans d'interventions militaires internationales contre les jihadistes. Plus de 30.000 membres des forces de sécurité nationales et étrangères sont mobilisés pour assurer les opérations de vote, selon le ministère malien de la Sécurité intérieure.

Par ailleurs, des tirs de roquettes ont visé le camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) à Aguelhok (nord-est), sans atteindre leur cible ni faire de victime, selon une source de sécurité onusienne.

Ils sont venus par centaines ce vendredi à Bamako pour assister au dernier meeting d'Ibrahim Boubacar Keïta, président sortant et candidat à sa propre succession.

La communauté internationale, présente militairement avec la force française Barkhane, qui a pris le relais de l'opération Serval déclenchée en 2013 contre les jihadistes, et avec les Casques bleus de l'ONU, attend du vainqueur une relance de l'accord de paix signé en 2015 par le camp gouvernemental et l'ex-rébellion à dominante touareg, dont l'application accumule les retards. Les premiers résultats sont attendus dans les 48 heures, les résultats officiels provisoires le 3 août au plus tard, avant un éventuel second tour le 12 août.

Dans le Nord, où l'Etat est peu ou pas présent, les groupes armés signataires de l'accord participent également à la sécurisation du vote.

Le dépouillement a pu commencer le dimanche après la fermeture des bureaux de vote.

Dans cette région, " les forces de sécurité sont plutôt concentrées dans les centres urbains qu'en milieu rural", a expliqué à l'AFP un responsable de la société civile de Tombouctou, Yehia Tandina.

More news: Où et quand voir l'éclipse de lune ce vendredi soir ?

"L'ouverture s'est bien passée mais pour le moment il n'y a pas assez d'affluence", a indiqué le président d'un bureau de vote de Bamako, Oumar Camara, incriminant l'heure et la pluie matinales et se disant "sûr qu'au milieu de la journée les gens vont commencer à venir massivement pour voter pour choisir leurs candidats".

" Les listes publiées ne mentionnent pas l'identification précise des bureaux de vote comme nous l'avions demandé, ce qui rend plus difficile le travail d'observation et de recoupement des informations ", a commenté dans un message adressé lundi à l'AFP la chef de la mission d'observation électorale de l'UE, Cécile Kyenge, estimant qu'il s'agissait d'une " base de travail intéressante mais qui mérite d'être complétée de manière précise et rigoureuse ".

"Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui s'était rendu au Mali il y a deux mois a appelé les protagonistes à permettre " un processus pacifique, libre et transparent " et " à recourir aux institutions prévues à cet effet en cas de litiges ".

L'opposition a exprimé des doutes sur le fichier électoral.

"Ces élections ne sont rien d'autre que la poursuite d'un mirage et nos peuples n'en récolteront que des illusions, comme ils en ont pris l'habitude", a déclaré dans une vidéo le chef du "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans".

Le taux de participation est traditionnellement bas, inférieur à 50%, au premier tour de l'élection présidentielle dans le pays.

Like this: