Published: Sam, Août 04, 2018
International | By Marie-Louise Baume

L'Ukraine au coeur du procès de l'ex-directeur de campagne de Trump

L'Ukraine au coeur du procès de l'ex-directeur de campagne de Trump

Paul Manafort a demandé que les détails de ses activités en Ukraine soient tenus en dehors du procès actuel.

Les traits tirés et les tempes blanchies de Paul Manafort, incarcéré depuis juin, témoignent de sa chute brutale en disgrâce.

À 69 ans, l'ancien lobbyiste aux costumes impeccables et mèche savamment domptée s'est longtemps cru "au-dessus des lois", a asséné la veille l'accusation.

De son côté, Donald Trump a critiqué le traitement de Paul Manafort, le comparant Al Capone. Il est notamment soupçonné d'avoir dissimulé sur des comptes à l'étranger des millions de dollars de revenus perçus en tant que conseiller du parti de l'ancien président ukrainien prorusse Viktor Ianoukovitch.

C'est le numéro deux du département de la Justice, Rod Rosenstein, qui a nommé Robert Mueller, ancien directeur du FBI, au poste de procureur spécial chargé de cette "enquête russe".

Douze jurés - six femmes et six hommes - suivront le procès qui durera trois semaines. "Tous les chefs (d'accusation) se résument à une chose simple: Paul Manafort a menti", a-t-il poursuivi. L'audience a été ajournée jusqu'à mercredi à 13H30 GMT.

C'est ainsi que Donald Trump, s'attelle à dénigrer le travail d'enquête, mené par le procureur Mueller, qu'il juge, animé par d'autres intérêts, et dont le but est de salir au maximum son mandat présidentiel.

Mardi matin, le président américain a une nouvelle fois affirmé sur Twitter qu'il n'y avait pas eu de collusion et que de toute façon ce n'était pas un crime.

More news: Le gouvernement lance une enquête sur l'alimentation de la gare — Montparnasse

PORTSMOUTH, New Hampshire - L'avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, a avancé mercredi que les prochaines élections de mi-mandat aux États-Unis feront office de référendum sur la destitution du président.

Une poignée de manifestants anti-Trump se sont rassemblés tôt devant le tribunal, un des panneaux brandis moquant le fidèle silence de l'accusé: "Trump ne passerait pas une seconde en prison pour toi".

Ingérence russe aux USA: Donald Trump demande à son ministre de la Justice de mettre fin à l'enquête russe. Puis d'ajouter, en soulignant la courte durée de son passage à la tête de la campagne: "C'est juste. quatre mois, ils ne vont pas se mettre à comploter sur les Russes".

Toutefois, certains espèrent que Paul Manafort révélera des informations sur Donald Trump et notamment sur la réunion avec l'avocate russe.

Les procureurs devraient appeler à la barre plus de trente témoins, dont son ancien associé Richard Gates qui coopère avec Robert Mueller depuis qu'il a accepté de plaider coupable en février. "Paul n'a pas fait confiance à la bonne personne", a déclaré l'un des avocats de M. Manafort, Thomas Zehnle. Dans une série de tweets dans lesquels il attaque la crédibilité du procureur spécial, M. Trump déclare avoir eu au cours des années "une relation d'affaires très mauvaise et conflictuelle" avec M. Mueller.

Parmi la trentaine d'individus déjà visés par le procureur spécial, dont une majorité de Russes, Paul Manafort est le seul Américain à avoir refusé de passer un accord avec la justice pour éviter un procès.

En mai 2017, Donald Trump a limogé James Comey, reconnaissant le lendemain que cette décision était bien liée à l'affaire russe. Il estime peut-être que ce procès lui permet de préserver "ses chances d'obtenir une grâce" présidentielle. Il avait été écroué en juin pour tentative de subornation de témoin.

Like this: