Published: Ven, Août 03, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Zimbabwe: Mnangagwa élu dès le premier tour

Zimbabwe: Mnangagwa élu dès le premier tour

La commission électorale a annoncé qu'elle communiquerait plus tard jeudi les résultats de la dernière et dixième province, celle de Mashonaland West (nord).

"Par conséquent, Emmerson Mnangagwa Dambudzo du parti de la Zanu-PF est déclaré président élu de la République du Zimbabwe, à compter du 3 août", a déclaré la présidente de la commission électorale, Priscilla Chigumba, sous quelques acclamations.

Il va pouvoir rester dans son fauteuil. Selon la police zimbabwéenne, trois personnes ont été tuées lors de manifestations post-électorales mercredi à Harare, après l'intervention de l'armée à balle réelle contre des partisans de l'opposition qui dénonçaient des fraudes aux scrutins de lundi.

Des policiers anti-émeutes bloquaient l'accès mercredi après-midi au siège du principal parti de l'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), tandis que des véhicules militaires patrouillaient la ville. La commission électorale a de son côté exhorté la population à faire preuve de " patience", annonçant que les résultats devraient être communiqués dans la journée ou vendredi.

La mission de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a elle d'ores et déjà salué "l'environnement pacifique" qui a prévalu pendant la campagne pré-électorale et le jour du vote et "donné au peuple zimbabwéen la possibilité d'exercer son droit constitutionnel".

More news: Trump et Juncker tentent de désamorcer la guerre commerciale — Etats-Unis/UE

Il a également appelé à l'apaisement dans son pays alors que l'armée patrouillait dans les rues de Harare dans l'attente des résultats de la présidentielle.

L'opposition sentant venir l'annonce de la victoire de Mnangagwa a vite fait d'annoncer la victoire à la présidentielle de son candidat. Le Royaume-Uni, ancienne puissance coloniale du Zimbabwe, a demandé à Harare de retirer l'armée des rues de la capitale. "Au final, l'avenir sera peut-être plus sombre que du temps de Mugabe".

" C'est vraiment décevant", a estimé pour sa part Timie Manuwere, 37 ans". "On espérait avoir un nouveau dirigeant et un nouveau gouvernement avec des nouvelles idées. Il était très improbable que ces gars abandonnent juste le pouvoir au bout de huit mois. ll faut aussi qu'ils profitent du coup".

" Nous avons refusé d'appeler un coup un coup et la communauté internationale a été naïve de penser que les élections seraient libres et justes sous un gouvernement militaire", a-t-il déclaré à l'Agence France-Presse.

Le successeur du président Robert Mugabe pour sa première participation à la présidentielle dans son pays passe dès le premier tour.

Like this: