Published: Ven, Août 03, 2018
Divertissement | By Capucine Hennequin

Theresa May en visite à Brégançon

Theresa May en visite à Brégançon

Face au manque d'avancées sur les négociations du Brexit, Emmanuel Macron et Theresa May vont prendre sur leurs congés pour tenter de faire avancer le dossier.

C'est une première pour un chef d'État.

La rencontre vendredi entre le président français, Emmanuel Macron, et la Première ministre britannique, Theresa May, sera consacrée essentiellement au Brexit, à l'approche d'échéances cruciales pour organiser la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), a indiqué jeudi l'Elysée.

La ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau "a réaffirmé le plein soutien de la France à M. Barnier" et à son "travail remarquable", dans un communiqué diffusé vendredi au lendemain de sa rencontre avec le ministre britannique du Brexit Dominic Raab. Les propositions ont été accueillies avec scepticisme voire fraîcheur, notamment sur la question de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord et les modalités douanières.

"En visite lundi à Paris, le nouveau chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, s'était déclaré " préoccupé " par le " vrai risque d'un Brexit sans accord ".

More news: Tout est relatif? On sait enfin si Albert Einstein avait raison

Michel Barnier a minimisé l'importance du Livre blanc douloureusement conclu par le gouvernement britannique sur les relations post-Brexit, insistant sur le fait qu'il ne servirait pas de base aux négociations sur l'article 50 avec Londres.

La France est perçue au Royaume-Uni comme l'un des principaux obstacles à un assouplissement de la position de l'UE dans ces négociations. Mais "nous devons encore trouver un accord sur des points importants", précise-t-il.

Theresa May est la première personnalité invitée par Emmanuel Macron au fort de Brégançon, dont l'Élysée a récemment repris la gestion au Centre des monuments nationaux (CMN) afin qu'il redevienne un lieu de vacances d'été pour le président et que ce dernier puisse y accueillir des hôtes internationaux.

Résidence présidentielle depuis 50 ans, Brégançon a jusqu'à présent peu été utilisé à cet effet, à l'exception des réceptions du chancelier allemand Helmut Kohl par François Mitterrand en 1985 ou du président algérien Abdelaziz Bouteflika par Jacques Chirac en 2004.

Like this: