Published: Mer, Août 01, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Tadjikistan : quatre touristes étrangers tués, fauchés par une voiture

Tadjikistan : quatre touristes étrangers tués, fauchés par une voiture

Un groupe de sept cyclotouristes étrangers, comprenant un Français, circulaient sur la M41, la deuxième plus haute route du monde. Le ministère tadjik de l'Intérieur a précisé que le groupe de touristes était composé de deux Américains, deux Néerlandais et de trois autres étrangers, sans dire de quelle nationalité étaient les personnes tuées. Ils ont aussi été attaqués par des hommes armés.

Deux Américains, un Suisse et un Néerlandais ont été tués dans l'attaque, tandis qu'un autre Suisse et un autre Néerlandais ont été blessés.

"Nous étudions toutes les pistes", y compris celle d'un vol, a indiqué le ministre tadjik de l'Intérieur Ramazon Hamro Rahimzoda sans évoquer explicitement la possibilité d'un acte terroriste.

Le ministre a indiqué que les " institutions publiques ont été placées sous protection " pour " assurer la sécurité des citoyens et des touristes " suite à cette attaque.

A ce jour, quatre suspects, parmi lesquels Housseïn Abdoussamadov, ont été arrêtés et quatre autres ont été tués par les forces de l'ordre dans des opérations pour retrouver les responsables de l'attaque, selon la police tadjike. In fact, it goes on much longer! Le septième touriste, un Français qui se trouvait en queue de peloton, est sorti indemne et est interrogé par la police.

More news: Montparnasse: galère en gare, suite et fin

Après avoir évoqué la piste de l'accident, les autorités de ce pays d'Asie centrale ont annoncé que les suspects "avaient des couteaux et des armes à feu", et qu'un des touristes avait été touché à l'arme blanche.

Les autorités ont aussi interdit le parti d'opposition de la Renaissance islamique, alors seul parti islamique légal dans le pays, considéré comme modéré, l'accusant d'avoir cherché à instaurer un "Etat islamique" au Tadjikistan. Des organisations de défense de droits de l'homme avaient accusé les autorités d'utiliser la menace islamiste comme prétexte pour écarter cette formation.

Le Tadjikistan, un pays laïc dont la population est majoritairement sunnite, fait de la lutte contre l'intégrisme religieux une priorité.

Elles ont pris en 2015 des mesures radicales pour contrer l'influence des extrémistes religieux, parmi lesquelles le rasage forcé des barbes et une campagne contre le port du hijab.

Like this: