Published: Sam, Juillet 14, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Donald Trump critique vertement Theresa May — Brexit

Donald Trump critique vertement Theresa May — Brexit

Interrogée sur l'entretien donné au Sun, la porte-parole de la Maison blanche a souligné les propos positifs émis par Donald Trump à l'encontre de Theresa May.

Après avoir vertement critiqué l'Allemagne lors d'un sommet de l'Alliance, M. Trump s'en est pris, dans un entretien au tabloïd The Sun, au plan de Mme May de future relation commerciale avec l'UE. Elle avait répliqué en disant que les propositions du gouvernement "répondent au vote des Britanniques".

La visite de Donald Trump va porter en particulier sur les liens commerciaux avec Londres, qui souhaite ardemment signer un accord de libre-échange avec Washington après le Brexit prévu fin mars 2019.

Les démonstrations de mécontentement contre le président américain ont démarré dès jeudi, avec un rassemblement devant la résidence de l'ambassadeur américain à Londres.

"Quoi que vous fassiez, ça me va", a-t-il lancé, contredisant ses propos parus dans le Sun où il assurait que la décision de Londres de privilégier une relation étroite avec l'UE tuerait "probablement" la possibilité de conclure un accord de libre-échange avec les Etats-Unis.

Au Royaume-Uni, certains spéculent sur le fait que les pro-Brexit sont entrés en discussion avec les proches de Trump.

More news: Quatre adultes et un enfant tués dans un incendie — Pau

Ils ont hué à pleins poumons quand un hélicoptère a emmené le président américain vers Blenheim, imposante résidence de campagne près d'Oxford, où il participe à un dîner avec Mme May et des représentants du monde économique.

La protestation la plus massive devrait rassembler des dizaines de milliers de personnes vendredi à Trafalgar Square, dans la capitale britannique. Outre des centaines d'affiches portant des slogans anti-Trump, c'est surtout "Trump Baby" qui a volé la vedette: le ballon géant représentant le milliardaire en bébé colérique (et en couche) a survolé les manifestants. "La plupart de ceux qui défileront vendredi aiment les Etats-Unis, comme moi", a indiqué le maire de Londres, Sadiq Khan, dans un communiqué.

"Mais avoir une relation spéciale signifie que nous attendons l'un de l'autre les valeurs les plus élevées, et cela implique aussi de dire quand les valeurs qui nous sont chères sont menacées", a ajouté l'élu travailliste, qui a eu des échanges envenimés avec M. Trump depuis l'arrivée au pouvoir de ce dernier.

Il a aussi été accueilli avec faste par la reine Elizabeth II au château de Windsor, sous un soleil éclatant, avant de prendre le thé avec elle en compagnie de son épouse Melania.

De son côté, l'administration Trump a tenté de calmer le jeu, assurant que les récentes déclarations du président Trump n'étaient en rien dirigées vers Theresa May, mais plutôt vers sa politique.

Au même moment, à Washington, 12 agents des services de renseignement russe ont été inculpés pour le piratage du parti démocrate avant la présidentielle de 2016, une annonce qui pourrait avoir un fort retentissement sur la dernière étape en Europe de M. Trump, qui doit rencontrer Vladimir Poutine à Helsinki lundi.

Like this: