Published: Ven, Juillet 13, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Catalogne: Puigdemont peut être remis à Madrid pour malversations, pas pour rébellion

Catalogne: Puigdemont peut être remis à Madrid pour malversations, pas pour rébellion

La justice allemande a autorisé jeudi son extradition vers l'Espagne pour malversation mais non pour rébellion, chef pour lequel il est inculpé en Espagne et qui est très lourdement sanctionné.

C'est un coup dur porté à la justice espagnole.

Cette décision aux allures de jugement de Salomon d'un tribunal du Schleswig-Holstein (nord) a en effet jugé "recevable" la seule accusation de détournement de fonds publics. L'ex-président de la Catalogne est en Allemagne depuis mars après avoir fui son pays dans le but d'échapper à la justice.

Poursuivi pour rébellion et détournements de fonds en Espagne en raison du référendum d'indépendance catalan organisé à l'automne 2017, Carles Puigdemont s'était réfugié en Belgique après sa destitution de la présidence catalane par Madrid et de là voyageait pour tenter d'internationaliser son combat.

More news: Jay-Z et Beyoncé t'invitent à mater la finale — Coupe du Monde

La décision allemande empêche donc de le poursuivre pour rébellion, un crime passible de 25 ans de prison. Ils considèrent aussi que les violences de l'époque ne sont pas d'une "ampleur suffisante" pour justifier ces poursuites. Le 1er octobre, le "oui" l'avait emporté pour l'indépendance de la Catalogne dans le cadre d'un référendum interdit par le pouvoir espagnol. Des violences avaient alors eu lieu entre des manifestants catalans et des forces de l'ordre.

Lire aussi - Va-t-on vers l'apaisement entre Madrid et la Catalogne? "Nous allons sous peu décider de la marche à suivre", ont commenté dans un communiqué trois avocats allemands du leader catalan. Dans l'intervalle, celui-ci reste libre.

En réaction, Carles Puigdemont a annoncé qu'il se battrait "jusqu'au bout" contre cette décision. Le parquet estime qu'il "est aberrant de porter (une telle accusation) contre l'Etat espagnol, membre de la communauté de valeur et de l'espace juridique de l'Union européenne".

Les juges allemands ont également rejeté les arguments de Carles Puigdemont, qui estimait que son extradition devait être interdite, car il se dit victime de poursuites politiques.

Like this: