Published: Jeu, Juillet 12, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Otan: Trump consterne ses alliés avec ses exigences financières sur Orange Finance

Otan: Trump consterne ses alliés avec ses exigences financières sur Orange Finance

De fait, les Européens appréhendaient un sommet de l'Otan acrimonieux et difficile.

Le président américain se rend au siège de l'OTAN, puis à Londres, cette semaine, avant un sommet avec Poutine. "Les membres de l'Otan doivent payer plus, les Etats-Unis doivent payer moins".

Les pays de l'UE importent deux tiers de leurs besoins de consommation. Enfin, Angela Merkel, chancelière allemande n'a pas hésité à répondre à Donald Trump, estimant que l'Allemagne prenait ses décisions de manière "indépendante".

Les alliés au sein de l'OTAN du président américain Donald Trump auront bien peu de temps à accorder à ses réflexions pro-Russie lorsqu'il s'entretiendra avec les dirigeants de l'alliance atlantique au sommet annuel à Bruxelles s'amorçant mercredi, a affirmé le premier ministre Justin Trudeau. Un manque à gagner pour le président américain, à la recherche de nouveaux débouchés pour le gaz naturel produit aux États-Unis. "Nous avons de très bonnes relations", a soutenu M. Trump devant la presse après avoir accusé quelques heures plus tôt l'Allemagne d'"enrichir la Russie" avec ses achats de gaz et de ne pas contribuer assez aux dépenses pour la défense.

Certes, le budget des contributions directes qui dépasse annuellement 2 milliards d'euros ne prend en charge que les dépenses d'infrastructure permanentes (civiles et militaires), ainsi qu'un programme d'investissements militaires commun et non le coût des opérations qui reposent sur la mise à disposition volontaire de moyens matériels et humains.

Réclamé de longue date par Washington, un rééquilibrage de l'effort de défense entre alliés de l'OTAN a pris une nouvelle dimension sous l'administration Trump qui a fait monter ces derniers mois la pression sur ses partenaires.

More news: Le père de Thierry Henry se lâche: "Deschamps, arrête ton cinéma"

Depuis la signature du traité en avril 1949, l'OTAN a accumulé les missions, et une première fois au nom de cet article 5: après les attaques du 11 septembre 2001... contre les Etats-Unis. Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan, embarrassé par les tensions, s'est montré inquiet pour la suite des discussions prévues lors du sommet. - L'Allemagne doit payer - Les Alliés se sont engagés en 2014 à consacrer 2% de leur PIB à leur défense en 2024, mais une quinzaine d'Etats membres, dont l'Allemagne, le Canada, l'Italie, la Belgique et l'Espagne sont sous la barre de 1,4% en 2018 et seront incapables de respecter leur parole, ce qui ulcère Donald Trump.

Sa tirade contre Berlin mercredi matin s'est inscrite dans cette logique: "l'Allemagne est un pays riche. Ça ne peut pas se justifier, vous le savez", a-t-il déclaré. Ce qu'a dénoncé le président américain.

M. Stoltenberg a confirmé que les Alliés souhaitaient avoir des éclaircissements sur les intentions de Donald Trump avant sa rencontre avec son homologue russe. "Il est absolument essentiel que le président Trump rencontre Vladimir Poutine", a-t-il répété.

"Nous serons en mesure de discuter avec lui de la relation entre l'Otan et la Russie. Nous protégeons tous ces pays", s'est insurgé Donald Trump lors du sommet, relavant que les Etats-Unis "payaient beaucoup trop" et que cela était "disproportionné et injuste pour les contribuables des Etats-Unis".

Les membres de l'Otan en prennent pour leur grade.

Directement, à travers des contribution au budget de l'Alliance.

Like this: