Published: Ven, Juin 29, 2018
Divertissement | By Capucine Hennequin

L'Ordre des médecins conteste l'annulation de la radiation du Pr Joyeux

L'Ordre des médecins conteste l'annulation de la radiation du Pr Joyeux

Le Conseil national de l'Ordre des médecins se pourvoit en cassation afin de contester l'annulation de la radiation du professeur Henri Joyeux, selon une annonce faite ce jeudi 28 juin. Mais mardi 26 juin, la chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins, indépendante du Conseil national de l'Ordre, a estimé que la radiation prononcée en première instance n'était "pas suffisamment motivée" et a annulé cette décision. La chambre disciplinaire nationale a réhabilité le professeur Henri Joyeux, cancérologue renommé, qui avait été radié en première instance par le Conseil national de l'ordre des médecins pour ses propos sur les vaccins. Pourtant, sitôt ce jugement rendu public, ce dernier avait publiquement fanfaronné.

En septembre 2014 et mai 2015, le professeur avait publié sur Internet deux pétitions.

La seconde fustigeait le remplacement du vaccin DT-Polio trivalent (c'est-à-dire protégeant contre trois maladies: la diphtérie, le tétanos et la polio) par un vaccin hexavalent (protégeant contre six affections).

Selon lui, "la fin de l'aluminium dans les vaccins" est proche.

"Au nom de la déontologie et de son engagement plein et entier en faveur de la vaccination, le Conseil national de l'Ordre des médecins (.) introduit un pourvoi en cassation devant le Conseil d'Etat".

More news: Grève SNCF: les prévisions de trafic du mercredi 27 avril

Sur les réseaux sociaux, l'annulation de la radiation n'a pas manqué de provoquer la colère et l'indignation de la communauté médicale et scientifique.

Sur France 5, le médecin et chirurgien Michel Cymes a poussé un gros coup de gueule après la décision de ne pas radier Henri Joyeux, professeur montpelliérain ouvertement anti-vaccins.

Après avoir conseillé à son interlocuteur de ne pas oublier "d'offrir le champagne à [ses] amis du Conseil départemental de l'ordre des médecins de l'Hérault", le complice de Marina Carrère d'Encausse conclut: "J'espère pour vous et vos amis que si, dans quelques mois ou dans quelques années, un enfant venait à mourir des suites d'une infection parce que ses parents avaient refusé un vaccin à la suite de vos pétitions ou de vos interventions dans les médias, j'espère que ces parents, se sentant responsables, ne vous demanderont de rendre des comptes".

En attendant le prochain verdict, le professeur Joyeux retrouve ses droits antérieurs.

Like this: