Published: Mar, Juin 26, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Harley-Davidson victime de la guerre douanière de Trump

Harley-Davidson victime de la guerre douanière de Trump

"La meilleure façon d'aider les travailleurs et manufacturiers américains est de leur ouvrir de nouveaux marchés et pas d'imposer de nouvelles barrières sur leurs propres marchés", a commenté M. Ryan.

En conséquence, il préfère "déplacer la production des motos destinées à l'Union européenne vers ses usines internationales plutôt qu'aux Etats-Unis afin d'éviter le fardeau des droits de douane". Le président américain s'est dit "surpris" que "de toutes les entreprises américaines", Harley Davidson soit "la première à agiter le drapeau blanc".

Le légendaire constructeur de motos Harley-Davidson a annoncé lundi qu'il déplacera vers l'étranger la production des motos destinées au marché européen, afin d'échapper aux tarifs douaniers de l'Union européenne.

La compagnie a écoulé quelque 40 000 motos sur le territoire de l'Union européenne l'an dernier, ce qui en fait sa deuxième source de revenus derrière les États-Unis. Outre ses infrastructures américaines, Harley possède des usines en Australie, au Brésil, en Inde et en Thaïlande.

More news: Mondial 2018 : Harry Kane porte l’Angleterre face à la Tunisie

Avec le pick-up V8, la Harley-Davidson est bien le symbole mécanique de l'Amérique profonde, celle qui vote Donald Trump et n'imagine pas toujours les répercussions d'une décision protectionniste.

La compagnie prévoit que le coût immédiat des tarifs ainsi que les investissements liés au transfert de production vont affecter les comptes de l'entreprise à hauteur de 30 à 45 millions de dollars pour la fin de l'année 2018. Elles souffrent d'un vieillissement de la clientèle et de la concurrence des véhicules japonais. En moyenne, le prix d'une moto augmentera sur le marché européen de 2.200 dollars, est-il expliqué.

Au 1er trimestre, ses ventes ont dégringolé de 12 % sur les Etats-Unis seuls alors qu'elles ont avancé de 7 % sur les marchés européens, du Moyen-Orient et d'Afrique.

Le président avait salué "ce fleuron américain" et exprimé sa confiance dans le fait que la compagnie allait augmenter sa capacité industrielle sur le territoire américain.

Like this: