Published: Dim, Juin 24, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

L'Iran hostile à une hausse de production — Opep

L'Iran hostile à une hausse de production — Opep

Cette hausse est proposée entre 300 000 et 600 000 barils par jour, sous prétexte que la demande de pétrole est orientée à la hausse.

Signalons que le comité conjoint de monitoring est composé de quatre (4) pays membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole qui sont l'Arabie-Saoudite, le Koweït, l'Algérie et le Venezuela ainsi que deux (2) pays non membres de l'organisation en question qui sont Oman et la Russie.

L'Opep et ses alliés décideront de la marche à suivre en matière de production lors de leur réunion les 22 et 23 juin à Vienne.

"Cette réunion va être extrêmement politisée", a prévenu Amrita Sen, analyste chez Energy Aspects, interrogée par l'AFP. "L'Opep n'est pas une organisation qui prend ses instructions auprès de Donald Trump (.) l'Opep ne fait pas partie du département de l'Energie des Etats-Unis", a dit le ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh après son arrivée à Vienne, où l'Opep a son siège.

"Dans ces conditions, il est très, très dur pour l'Iran d'accepter" d'augmenter les objectifs de production, ajoute-t-elle.

More news: Disney relève les enchères sur 21st century Fox

Selon l'agence Bloomberg, plusieurs pays OPEP et non OPEP ont planifié, pour leur part, des plans d'augmentation de la production, mais aucun consensus n'a émergé à la veille de ce qui risque d'être une rencontre difficile de l'organisation qui a pu maintenir une grande cohésion, depuis septembre 2016, date de sa première réunion conciliante à Alger, où la décision de la réduction de la production avait été ébauchée et poursuivie depuis, au fil des réunions, avec succès par l'organisation. Toutefois, a remarqué Andy Lipow du cabinet Lipow Oil Associates, "cela pourrait aussi se traduire par un regain d'intérêt des compagnies chinoises pour le Brent, ce qui explique sans doute la progression plus marquée" du cours du pétrole coté à Londres lundi.

"Il semble de moins en moins probable qu'une augmentation significative de la production de pétrole soit décidée à la réunion de l'Opep", ont jugé les analystes de Commerzbank, y voyant la raison de la hausse des cours. Les investisseurs ont désormais les yeux braqués sur Vienne où se tiendra demain le sommet de l'Opep. Ces deux pays auraient du mal à augmenter leur production.

L'Irak et l'Iran, deuxième et troisième producteurs de l'Opep, ont dit qu'ils s'opposerait à une hausse des extractions au motif qu'elle serait à l'encontre des dispositions de l'apport d'encadrement qui prévoient sa prolongation jusqu'à la fin de l'année.

Alors que les prix du brut ont grimpé depuis 2017 et le début de l'accord de baisse de la production de l'OPEP et de dix autres producteurs, le premier exportateur mondial dit s'inquiéter d'une baisse de la demande et propose d'augmenter les extractions du groupe.

L'Iran a des alliés pour s'opposer aux volontés de la Russie et de l'Arabie saoudite.

Like this: