Published: Dim, Juin 24, 2018
International | By Marie-Louise Baume

La punk attitude de Melania Trump - Les Américains

La punk attitude de Melania Trump - Les Américains

" Mais qu'a-t-elle bien voulu dire?"

La Première dame des Etats-Unis Melania Trump s'est rendue à la frontière avec le Mexique, notamment pour se rendre dans un centre où sont hébergés des enfants. A son à Washington, La Première Dame retour portait à nouveau la même veste devant les photographes.

"Ce n'est pas une blague". En cause, une veste estampillée d'un message ambiguë compte-tenu du contexte: "I really don't care, do you?". "J'en suis sans voix", a tweeté Zac Petkanas, un communicant affilié au Parti démocrate.

"La responsable de la communication de la Première dame, Stephanie Grisham, a cependant assuré qu'il n'y avait pas de message caché".

Generated by IJG JPEG LibraryGenerated by IJG JPEG LibraryGenerated by IJG JPEG LibraryFirst lady Melania Trump arrives at Andrews Air Force Base, Md., Thursday, June 21, 2018, after visiting the Upbring New Hope Children Center run by the Lutheran Social Services of the South in McAllen, Texas.

More news: L'Osteria Francescana de nouveau "meilleur restaurant du monde"

"Je voudrais aussi vous demander comment je peux aider à réunir ces enfants avec leurs familles aussi vite que possible", a demandé Melania Trump, dans un développement quasi surréaliste de cette controverse.

Pour Jeanne Zaino, Melania Trump s'affiche plus que jamais comme une Première dame "différente". Seuls six ont été séparés de leurs parents, a précisé cette source. Ce que pense Melania Trump de toute cette polémique vestimentaire?

Pleurs déchirants, images poignantes d'enfants dévastés: la politique fermement revendiquée dans un premier temps par la Maison-Blanche n'a pas tenu face à la tempête dans l'opinion publique, dénoncée par l'ONU, le Pape, des pays européens et jusqu'au coeur du camp républicain.

Dans la foulée, différentes personnalités connues pour être d'ardents opposants au président Donald Trump se sont exprimées. De leur côté, une dizaine d'Etats américains, dont la Californie, Washington et le New Jersey, ont annoncé jeudi qu'ils allaient poursuivre l'administration Trump pour cette politique migratoire "cruelle". Un vote clé sur une réforme de l'immigration proposée par la majorité républicaine a été reporté à la semaine prochaine à la Chambre des représentants, faute de consensus dans ses rangs.

Et malgré son décret mettant fin aux séparations, associations de défense des droits de l'homme et opposition démocrate dénoncent la solution apportée: maintenir désormais les mineurs en centre de rétention avec leurs parents pendant la durée des poursuites pénales.

Like this: