Published: Sam, Juin 23, 2018
Sport | By Catherine Charbonnier

Pourquoi les célébrations de deux footballeurs suisses font polémique — Coupe du monde

Pourquoi les célébrations de deux footballeurs suisses font polémique — Coupe du monde

Jusqu'ici, rien d'anormal, même si l'exercice est parfois risqué (ce n'est pas Nabil Fekir qui dira le contraire.).

Xherdan Shaqiri célèbre son but victorieux en montrant l'aigle albanais. Une référence équivoque à l'Albanie qui, dégainée face aux Serbes, a suscité la polémique. Les deux hommes, au moment de célébrer ces réalisations, ont décidé de faire un aigle, symbole du drapeau de l'Albanie, avec leurs mains.

Malgré les " Serbija, Rossiya", les banderoles en sa défaveur comme ce " Serbia welcome home", et les nombreux ratés du Suisse d'origine macédonienne Blerim Dzemaili en première période, la Nati a réussi à revenir dans la partie. grâce à deux joueurs originaires du Kosovo. Or, le Kosovo, petit pays des Balkans peuplé d'une majorité d'Albanais, a obtenu son indépendance en 2008, quelques années après une guerre sanglante (1998-1999) avec la Serbie, qui a fait plusieurs milliers de morts et déplacé de nombreuses familles vers des pays frontaliers comme la Suisse. "Les Aigles (ndlr: le surnom des joueurs serbes) sont à terre".

More news: Trois morts, plusieurs blessés après une fusillade à Malmö — Suède si paisible

"Juste de l'émotion". Vendredi soir, Xherdan Shaqiri a préféré botter en touche lorsqu'il a été interrogé sur sa célébration polémique. Granit Xhaka, lui, s'est montré plus disert à la RTS. "C'est scandaleux. Il est certain que nous ferons appel à la Fifa, a-t-il assuré selon des propos tenus à la presse serbe et relayés par les médias britanniques. C'était un match très particulier, pour Xherdan, Valon [Behrami, autre joueur de l'équipe né dans un territoire disputé par le Kosovo et la Serbie], moi-même, tout le monde le savait".

Invité à réagir au comportement de ses deux joueurs, le sélectionneur de la suisse Vladimir Petkovic a souhaité calmer le jeu. "Nous sommes là pour vivre différentes émotions et prendre du plaisir dans l'ambiance dans laquelle nous nous trouvons", a déploré le sélectionneur suisse, après la rencontre. "Je pense qu'on ne devrait pas parler de ça maintenant".

Like this: