Published: Ven, Juin 22, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Donald Trump a-t-il vraiment reculé — Migrants

Donald Trump a-t-il vraiment reculé — Migrants

Le Président des États-Unis a en effet signé ce mercredi dans le Bureau ovale un décret qui met fin aux séparations insoutenables de familles à la frontière américaine.

Les familles éclatées par les autorités américaines après leur franchissement illégal de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis devraient mettre du temps à être réunies après le revirement du président Donald Trump, des avocats dénonçant un chaos. La loi n'autorise pas la détention de mineurs étrangers pour plus de 20 jours. Elle s'est exprimée ce week-end par l'intermédiaire de la directrice de sa communication Stephanie Grisham pour dire qu'elle "détestait" voir des enfants séparés de leurs parents sans-papiers, et qu'elle espérait vivre dans un pays qui respecte les lois mais qui gouverne avec le cœur.

"Ivanka est très touchée". Pour l'administration de Trump, les sans-papiers interpellés par la police ne doivent pas être relâchés, même s'ils sont accompagnés de mineurs. "Il est malheureux que l'incapacité à agir du Congrès et des décisions de justice aient mis l'administration dans la position de devoir séparer des familles étrangères pour pouvoir, de fait, appliquer la loi". Cette dernière pourrait prévoir la construction d'un mur à la frontière mexicaine, parmi d'autres mesures devant restreindre l'accès au territoire américain. "Si le président pense qu'incarcérer indéfiniment des familles est ce que réclame l'opinion publique, il se trompe lourdement".

Un ancien chef des services de l'immigration, John Sandweg, a également confié que des centaines d'enfants ne reverraient sans doute jamais leurs parents: "Le gouvernement fédéral n'est pas très doué pour garder la trace des enfants et des parents".

More news: La tournée 2019 de Patrick Bruel passera par l'Auvergne et le Limousin

Alors que la colère monte chez les démocrates et les défenseurs des migrants face à cette politique que Donald Trump a revendiquée mardi au Congrès, la chaîne New York 1 a diffusé mercredi matin des images de cinq fillettes accompagnées d'adultes, parlant espagnol, marchant peu avant 1 h du matin vers un centre d'accueil du quartier de Harlem. Sous pression depuis quelques jours face à la vague d'indignation qu'avaient suscitées les images d'enfants en pleurs, séparés de leurs parents, Donald Trump a reculé pour la première fois de son mandat.

Le Congrès des Etats-Unis, où les républicains sont majoritaires, envisage aussi de légiférer globalement sur le thème de l'immigration.

Les membres de la Chambre des représentants vont ainsi devoir se pencher ce jeudi 21 juin sur deux réformes de l'immigration. Il contredit au passage des déclarations précédentes de son administration, selon laquelle il était impossible d'éviter de séparer les quelque 2 300 mineurs de leurs parents sans voter une nouvelle loi. Et les démocrates ont d'ores et déjà annoncé qu'ils ne voteraient pour aucun des deux textes.

Like this: