Published: Mar, Juin 12, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Agriculteurs : l'appel au blocage

Agriculteurs : l'appel au blocage

"Je comprends la préoccupation qui est la vôtre", a expliqué le 7 juin le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert devant le congrès national des Jeunes Agriculteurs.

La FNSEA appelle ce lundi à bloquer 13 raffineries et dépôts de carburant répartis sur l'ensemble de l'Hexagone: Coignières (Yvelines), Cournon (Puy-de-Dôme), Donges (Loire-Atlantique), Dunkerque (Nord), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Grandpuits (Seine-et-Marne), Grigny (Essonne), La Mède (Bouches-du-Rhône), Lyon et Feyzin (Rhône), Vatry (Marne), Strasbourg et Toulouse.

Des agriculteurs ont bloqué dès dimanche soir des raffineries et dépôts de carburants pour dénoncer les contradictions d'un gouvernement qui les oblige à respecter des normes auxquelles ne sont pas soumis des produits importés comme l'huile de palme.

Vous avez aimé cet article?

Au total, 14 sites stratégiques sont visés par le premier syndicat agricole, la FNSEA, et les Jeunes Agriculteurs (JA), qui ont appelé leurs adhérents à occuper durant trois jours reconductibles.

Cette colère des agriculteurs conduire-t-elle à une pénurie de carburant pour les automobilistes, comme en 2016? Non. Une source au ministère des Transports rappelle au Parisien que la France dispose de réserves: le fameux "stock stratégique" qui correspond à l'équivalent de trois mois de consommation en France.

More news: Macron met la pression à l'équipe de France de football

Nécessitant jusqu'à 650.000 tonnes de matières premières par an, la bioraffinerie de La Mède utilisera aussi d'autres huiles, dont 50.000 tonnes de "colza français", a promis début juin le PDG de Total, Patrick Pouyanné.

LIRE AUSSI. Blocage des raffineries par les agriculteurs: doit-on craindre une pénurie de carburant en France?

" C'est la goutte d'huile de palme qui fait déborder la coupe des problèmes des paysans ", a résumé Pierre Lebaillif, président des JA de Normandie, interrogé par l'AFP". Avant d'ajouter que le gouvernement "ne reviendra pas " sur l'accord avec Total.

Le mouvement des agriculteurs est observé avec intérêt par les ONG environnementales, d'ordinaire opposées à la FNSEA dans les dossiers phytosanitaires. Les agriculteurs demandent la réintroduction dans la loi Alimentation, examinée à partir du 26 juin au Sénat, d'un amendement sur l'interdiction d'importer toute denrée produite en utilisant des substances phytosanitaires interdites dans l'Union européenne.

Ils souhaitent aussi que le gouvernement renonce à son contingent d'importation d'huile de palme, et réclament un allégement du coût du travail salarié de saisonniers " qui est 27 % plus élevé qu'en Allemagne et 37 % plus qu'en Italie", selon M Lambert.

Les paysans espèrent aussi le soutien des consommateurs, en dénonçant les effets sur le contenu des assiettes d'accords commerciaux internationaux, comme le CETA signé avec le Canada et l'accord UE-Mercosur en cours de négociation. Cette source assure que le si le mouvement des agriculteurs devait se prolonger, le gouvernement prendrait "des mesures pour approvisionner les stations essence en tension".

Like this: