Published: Dim, Juin 10, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Un réfugié irakien, cadre présumé de l’EI, arrêté et écroué en France

Un réfugié irakien, cadre présumé de l’EI, arrêté et écroué en France

Il est soupçonné d'avoir été un cadre du groupe Etat Islamique et d'avoir participé à un massacre de 1 700 personnes il y a quelques années au nord de Bagdad.

Ce jeudi 7 juin 2018, nos confrères de TF1 révèlent qu'un Irakien de 33 ans, soupçonné d'être terroriste, a été arrêté à Lisieux (Calvados) le 6 mars 2018 par DGSI (direction générale de la sécurité intérieure).

Un jeune homme irakien était rentré en France et avait obtenu le statut de réfugié politique en juin 2017.

A l'été 2017, peu après l'obtention de son statut de réfugié, Ahmed H. avait été identifié et suivi par les services de renseignement, qui l'avaient ensuite signalé aux autorités judiciaires. Il nie les faits, mais a été mis en examen, notamment pour crime de guerre, et placé en détention provisoire. Il avait déposé une demande d'asile à Caen, où il avait été longuement interrogé par les spécialistes de l'Ofpra, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides, sur son passé, son parcours à travers l'Europe, et sur les raisons qui l'avaient poussé à fuir son pays, alors gangrené par l'État islamique. Une information judiciaire avait été ouverte dès le 6 novembre 2017, précise pour sa part le parquet de Paris. En effet, les autorités le soupçonnent d'avoir administré la région de Samarra, au nord de Bagdad, pour le compte de l'organisation terroriste.

More news: La CNUCED encense le Maroc

Selon une source proche du dossier, cet homme qui menait une vie discrète en France a nié toute implication dans les faits.

► Pourquoi était-il en France?

Par ailleurs, rien à ce stade ne laisse penser que cet homme préparait une action terroriste sur le sol français. Cependant, la question est bien là: pourquoi est-il en France? A-t-il voulu se mettre à l'abri suites aux défaites militaires de l'organisation?

Avant lui, d'autres membres de l'EI ont emprunté la route des Balkans pour pénétrer en Europe en se mêlent au flot des réfugiés fuyant notamment la guerre en Syrie.

" C'est curieux que quelqu'un qui aurait simplement voulu se cacher ait choisi la France, qui n'est pas vraiment le meilleur endroit pour échapper aux recherches, s'interroge Yves Trotignon, expert du sujet et enseignant à l'École des affaires internationales de Sciences Po". Toutefois, la surveillance de ces derniers mois n'a pas permis d'établir de contacts suspects avec la mouvance islamiste.

Like this: