Published: Mar, Juin 05, 2018
International | By Marie-Louise Baume

G7 Finances: "une inquiétude unanime et une déception"

G7 Finances:

Le ministre canadien des Finances, Bill Morneau, présidant la réunion, a déclaré que les six membres du groupe, à l'exception des Etats-Unis, et le représentant de l'UE, sont " préoccupés et déçus " par les mesures prises par Donald Trump concernant le commerce américain.

France Bruno Le Maire, des finances et de la ministre de l'économie, a été plus direct dans son évaluation de Whistler réunions, où les ministres confronté Mnuchin.

"Malheureusement", ont déploré Canada, France et Allemagne, ces discussions ont été largement éclipsées par le spectre d'une guerre commerciale, l'administration Trump étant montée d'un cran dans son offensive contre ses alliés en mettant en application vendredi de nouvelles taxes douanières sur leur acier et leur aluminium.

Avant-hier, samedi 2 juin, s'est clôturée une rencontre du G7 Finances qui s'est tenue au Canada. "La semaine prochaine dépendra de la décision que l'administration est prête à prendre dans les prochains jours et dans les prochaines heures, je ne parle pas de semaines à venir", a déclaré le ministre français des Finances Bruno Le Maire, à l'issue du G7 Finances au Canada.

Selon lui, cette réunion a bien été une réunion du G7 et non du " G6 plus un", comme l'a qualifiée le ministre français des Finances.

"La balle est dans le camp des Etats-Unis, il appartient à l'administration américaine de prendre les bonnes décisions", a-t-il ajouté.

"Nous croyons au G7", a rétorqué Steven Mnuchin, tout en reconnaissant qu'il y avait eu "un consensus unanime sur l'inquiétude" exprimée par les six autres partenaires de Washington en matière de conflit commercial.

More news: Herman: les douloureux souvenirs d'anciennes victimes de Nassogne

Steven Mnuchin s'est, lui, efforcé de minimiser le rôle que jouerait le commerce au sommet des chefs d'Etat, relevant d'autres problématiques importantes comme les sanctions sur l'Iran ou le sommet prévu avec la Corée du Nord.

Le Canada a répété instamment que cette guerre ne ferait que des perdants et serait "nuisible pour l'économie canadienne, et nuisible pour l'économie américaine".

Le Canada a d'ores et déjà annoncé des taxes sur des produits américains d'une valeur de 16,6 milliards de dollars canadiens (12,8 milliards de dollars américains).

Le sommet du G7, qui sera présidé par le premier ministre Justin Trudeau, marquera d'ailleurs la première visite de Donald Trump en sol canadien.

Si tel était le cas, cela toucherait alors au "coeur du réacteur des échanges internationaux", moteur de la croissance mondiale, a ainsi commenté Sébastien Jean, directeur du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii).

Reste à savoir aussi comment va évoluer l'autre grand front commercial ouvert contre la Chine par Donald Trump. Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, est arrivé samedi à Pékin pour de nouveaux pourparlers avec la Chine destinés à désamorcer les tensions commerciales entre les deux géants économiques, a indiqué un média d'Etat. En incluant les services, le déficit américain avec le reste du monde s'est élevé à 566 milliards en 2017.

Like this: