Published: Jeu, Mai 31, 2018
Entreprise | By Tatiana Lecocq

Edouard Philippe confirme que l'herbicide sera interdit d'ici 2021 — Glyphosate

Edouard Philippe confirme que l'herbicide sera interdit d'ici 2021 — Glyphosate

En octobre dernier, elles avaient toutes les trois signé une tribune dans Le Monde (article payant) qui était alors titrée: "Nous, députés de La République en marche, demandons une interdiction du glyphosate".

Le chef de l'État "a fixé un objectif ambitieux et pragmatique" et "nous mettons toutes les chances de notre côté" en poursuivant les recherches sur les alternatives, a justifié M. Travert dans l'hémicycle. Sur fond de "controverse scientifique sur sa dangerosité", le ministre a estimé nécessaire d'"approfondir les connaissances" en vue du prochain débat européen.

"Ce qui compte, c'est que cette politique soit réalisée", a-t-il répété, annonçant "lancer un plan d'action pour expertiser toutes les alternatives qui existent au glyphosate". Elle a également voté contre l'amendement de Matthieu Orphelin, qui plaçait la date butoir au 1er mai 2021 avec des dérogations jusqu'au 1er mai 2023.

Des amendements notamment de la commission du Développement durable de l'Assemblée et de l'ex-ministre PS Delphine Batho, qui posaient un terme en 2021, ont été massivement rejetés. À noter que la députée de Morlaix, Sandrine Le Feur, très investie sur ce dossier, a voté pour l'amendement Orphelin mais contre l'amendement Maillart-Méhaignerie.

More news: La presse espagnole annonce le nouveau club de Gareth Bale — Mercato

Le second est de "faire en sorte de faire disparaître l'utilisation de ce produit à un horizon de temps qui est un horizon de trois ans et qui repose, beaucoup plus là encore que sur une interdiction formulée par la loi, par une transformation des pratiques et des méthodes, par l'idée que dans 80% des cas peut-être, on doit pouvoir se passer de l'utilisation de ce produit et concentrer l'utilisation de ce produit sur les hypothèses où pour le coup il n'y a pas de remplacement possible", a-t-il détaillé.

Cet amendement a reçu le soutien du socialiste Guillaume Garot et de l'Insoumis Loïc Prud'homme qui a jugé le sujet " emblématique de ce qu'est le renoncement du gouvernement sur le modèle agricole ". A l'inverse, droite et centre se sont opposés à ces amendements pour ne pas "pénaliser les agriculteurs" (LR).

"La profession s'est engagée à réduire l'usage et l'impact des pesticides avec 40 organisations et 4 ministères, via un +contrat de solutions+", a détaillé la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, qui "espère que les députés s'en tiendront au pragmatisme pour ne pas trop alourdir la barque des agriculteurs".

Pour la Fondation pour la nature et l'homme, c'est "non-assistance à personnes en danger". "Agrochimie et lobbies de la malbouffe ont encore de beaux jours devant eux!", s'est insurgée Karine Jacquemart, directrice de Foodwatch.

Like this: