Published: Ven, Mai 11, 2018
International | By Marie-Louise Baume

A 104 ans, un scientifique australien doit s'exiler en Suisse pour mourir

A 104 ans, un scientifique australien doit s'exiler en Suisse pour mourir

Mercredi 9 mai, David Goodall, un scientifique australien de 104 ans, annonçait qu'il se donnerait la mort dans une clinique en Suisse sous 24 heures. "Je ne veux plus continuer à vivre", avait-il expliqué aux journalistes jeudi, au cours d'une conférence de presse durant laquelle il s'était montré joyeux.

David Goodal souhaitait médiatiser sa démarche car il n'avait pas été autorisé à se donner la mort avec une assistance en Australie.

"L'homme s'est alors mis à chanter l'" Hymne à la joie", en allemand, avant d'être applaudi. Après une tentative de suicide ratée en début d'année, il avait demandé aux autorités australiennes de bénéficier d'un suicide assisté. David Goodall recevra une injection intraveineuse, et devra lui-même ouvrir la valve qui libère le produit. Organisme qui a aidé ce scientifique australien à organiser son dernier voyage. Selon le Dr. Nitschke, David Goodall a souhaité que son corps soit donné à la médecine, ou bien, en cas de refus, que ses cendres soient dispersées localement.

More news: Accord avec Sika et la famille Burkard — Saint-Gobain

En Australie, le suicide assisté sera possible aux personnes souffrant de maladies en phase terminale, dont l'espérance de vie est estimée à moins de six mois en 2019, contrairement à la Suisse, qui propose cet accompagnement à quiconque, sans pour autant légaliser l'euthanasie.

L'aide au suicide est illégale dans beaucoup de pays.

Pour une fois, on peut se réjouir de la mort de quelqu'un, sans le moindre esprit de provocation. "Exit International et Eternal Spirit exhortent tous les pays à suivre l'exemple de la Suisse afin de permettre aux gens de choisir de mourir " dans la dignité ".

Like this: