Published: Jeu, Mai 10, 2018
International | By Marie-Louise Baume

Sénateur russe: Trump "fait un pas vers sa guerre" contre l'Iran

Sénateur russe: Trump

"Maintenant, on dit qu'on veut continuer l'accord nucléaire avec les trois pays européens, (mais) je ne fais pas confiance à ces trois pays (.) Vous voulez conclure un accord, obtenez des garanties réelles, car demain ils feront la même chose que ce que les États-Unis ont fait", a lancé M. Khamenei à la télévision d?État iranienne. L'accord prévoit la suspension des sanctions économiques les plus lourdes contre Téhéran en échange des restrictions sur son programme nucléaire. Je leur conseille très vivement " de ne pas le faire, a déclaré M. Trump à la presse à la Maison-Blanche avant une réunion du cabinet". " a-t-il ajouté en réponse à une question sur ce sujet".

Sans cet accord, signé en 2015 à l'issue de près de deux années de négociations internationales, "les Etats-Unis pourraient in fine se retrouver face un choix perdant entre un Iran doté de l'arme nucléaire ou une autre guerre au Moyen Orient", met-il en garde. "Immédiatement" pour les nouveaux contrats, et d'ici le 6 août ou le 4 novembre pour les entreprises, y compris étrangères, déjà présentes en Iran, qui ont donc trois à six mois pour en "sortir" avant d'être frappées par les mesures punitives leur barrant l'accès aux marchés américains.

Les Européens vont devoir se livrer à une course contre la montre pour trouver les moyens de préserver leurs entreprises et répondre aux attentes des Iraniens. "Celui qui investit en Iran sera frappé de sanctions américaines, et c'est impossible à compenser ", a estimé le président de la commission des Affaires étrangères du Bundestag, la chambre des députés allemande, Norbert Röttgen.

En effet, les entreprises européennes qui continueraient de commercer avec Téhéran s'exposeraient au courroux américain, ce qui réduit les marges de manoeuvre de Paris, Londres ou Berlin sur le plan diplomatique.

More news: OL - Mercato : Nabil Fekir quasiment à Liverpool, Jean-Michel Aulas dément !

Au lendemain de la décision de Donald Trump de sortir de cet accord, le président français a appelé son homologue iranien à "continuer à mettre en oeuvre" ce texte, précise la présidence française dans un communiqué. L'accord, qui est "un modèle de ce que la diplomatie peut accomplir", fonctionne et "est dans l'intérêt de l'Amérique", explique-t-il, déplorant une décision qui revient à tourner le dos aux "plus proches alliés de l'Amérique". "Avec la Russie, il y aura un peu plus de travail à faire sans doute parce qu'elle est dans une posture plus rude vis-à-vis de l'Occident", anticipe-t-il.

Emmanuel Macron et le président iranien Hassan Rohani sont convenus mercredi, lors d'un entretien téléphonique, de poursuivre leur travail en commun en vue de la mise en œuvre continue de l'accord sur le nucléaire de 2015 et de la préservation de la stabilité régionale, rapporte l'Elysée.

Les autres signataires de l'accord avaient défendu jusqu'au bout ce compromis qu'ils jugent "historique", soulignant que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a régulièrement certifié le respect par Téhéran des termes du texte censé garantir le caractère non militaire de son programme nucléaire.

Like this: